Vent violent : les sorties en mer déconseillées pour les plaisanciers

La préfecture maritime déconseille les sorties en mer pour les plaisanciers jusqu'à la fin de la semaine, en raison de rafales de vent pouvant atteindre les 100 km/h. Elle rappelle également les recommandations élémentaires, en cas de conditions en mer difficiles.

Par Ghislaine Milliet

Les conditions en mer sont jugées déplorables par les autorités, jusqu’à la fin de la semaine (mer forte 6/7 et rafales de vent très importantes : près de 100 km/h).
Pour des raisons de sécurité, la Préfecture maritime déconseille les sorties en mer des plaisanciers, tout particulièrement pour les embarcations légères. Elle rappelle également, qu’avant de prendre la mer il est nécessaire de se préparer, de s'équiper, et de savoir alerter.

En raison de la recrudescence des ruptures de mouillage des navires, la Préfecture maritime rappelle que

il est important de veiller à la qualité de son ancrage ou de son amarrage à un corps-mort.

Cette nuit, le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS Med) est intervenu à de nombreuses reprises dans le secteur de Cavalaire et Saint-Tropez pour secourir des plaisanciers subissant une rupture de mouillage et ne pouvant reprendre le contrôle de leur bateau.

Ce type d’incident devient un danger pour la navigation et entraîne fréquemment l’échouement de l’embarcation.

Il est donc nécessaire de choisir le mouillage en fonction de la météo et d’avoir une parfaite maîtrise de l’environnement dans lequel on évolue.

Les recommandations de la préfecture maritime

PREPARATION
Consulter les conditions météorologiques avant de partir, laisser des éléments à un proche à terre (parcours prévu, durée de la sortie, caractéristiques et équipement de l’embarcation), avoir une bonne connaissance de l’activité, avoir une bonne connaissance du milieu, avoir une bonne connaissance de soi même, de sa santé.

EQUIPEMENT Je prépare mon équipement, matériel nécessaire à ma sécurité (gilets/EFI Equipement de flottabilité individuelle), c’est la ceinture de sécurité de l’usager ou du marin. Je vérifie que mon téléphone portable soit chargé. Je vérifie que la VHF fonctionne sur une embarcation.

ALERTE
Le « 196 ». Des rappels sont régulièrement faits sur l’utilité de ce numéro pleinement opérationnel. L’appel abrégé, unique, d’urgence et de sécurité, permet au témoin d’un accident en mer de pouvoir alerter directement un CROSS depuis la terre. Moyen adapté et maîtrisé (VHF – téléphone portable – Signaux pyrotechniques) avant qu’il ne soit trop tard (avant la nuit), donner des informations pertinentes (position, lieu), ne pas abuser des fausses alertes (fusée).
Etre aperçu : disposer d’un moyen de signalisation lumineux qu’il faut avoir sur soi ; vêtement de couleur vive, moyen de signalement : bâton luminescent, lampe flash individuelle pour VNM, planche à voile, kytesurf, kayak)
Attention aux fausses alertes : passible de délit. La mer est un espace de liberté, cette liberté a un prix celui de la responsabilité individuelle en tout premier lieu.

Sur le même sujet

Bientôt un hôtel 5 étoiles à la villa Valmer ?

Près de chez vous

Les + Lus