publicité

Attaque d'un TGV au départ de Marseille

Une vingtaine de jeunes ont contraint un TGV à l'arrêt alors qu'il repartait de Marseille en direction de Nice.

  • Mariella Coste
  • Publié le , mis à jour le
Des jeunes originaires de la cité Air Bel du 11e arrondissement de Marseille ont tenté de monter à bord du train avant de prendre la fuite à l'arrivée de la police.

9 d'entre-eux ont été interpellés et placés en garde à vue à la Sûreté départementale. 

Ce sont des passagers du train qui ont prévenu la police après avoir aperçu les assaillants par la fenêtre.

Parti de Paris, le TGV venait de repartir de la gare Saint-Charles à Marseille avec 150 passagers à bord quand son conducteur a été contraint à l'arrêt par des torches placées sur la voie dans le quartier de La Pomme, en direction d'Aubagne.
"Ces torches à flamme rouge sont des outils de sécurité que l'on utilise ordinairement pour signaler un gros problème et dans ce cas les conducteurs ont pour consigne de s'arrêter", selon une porte-parole de la direction régionale de la SNCF en Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui n'a pas souhaité donner son nom.

"Toute circulation a été arrêtée à 14h15, les policiers sont arrivés dans les 5 minutes, les portes ont été verrouillées immédiatement. La circulation a été rétablie dans les 2 sens vers 17h. Il n'y a pas matière à faire une interview devant les caméras pour une affaire qui concerne la police" a-t-elle rajouté.

Selon David-Olivier Reverdy, du syndicat de policiers  le syndicat de police Alliance : "On est revenu à l'époque de l'attaque des diligences, on est en plein Far West... Nous avons déjà eu à Marseille des attaques de trains de marchandises dans les quartiers Nord, et des agressions régulières sur les contrôleurs, maintenant on a franchi un cran supplémentaire dans le Sud de la ville avec cette attaque hors normes. En attendant de comprendre les motivations de ces voyous d'une cité plus que sensible (classée en Zone de sécurité prioritaire, ndlr), nous nous
félicitons de l'action rapide de nos collègues qui ont agi pour préserver la sécurité des passagers et qui se sont mis eux-mêmes en danger".

En juillet 2011, une vingtaine de jeunes avaient contraint à l'arrêt un TER dans le nord de Marseille en plaçant charriots, poutres et parpaings sur la voie, afin d'immobiliser un train de fret. Plusieurs wagons avaient été
ouverts et des cartons de produits de grande consommation avaient été volés.
Trois ans plus tôt, du matériel informatique, mais aussi des coussins de marque PlayBoy, avaient été dérobés dans des trains de marchandises attaqués dans le même secteur.

A Toulon la SNCF a offert de l'eau et une collation aux passagers pour s'excuser de la gêne occasionnée...



les + lus
les + partagés