publicité

Christophe Perrier, profession : démineur

Voici le démineur de la sécurité civile qui s'est occupé de désamorcer Félicie, la bombe découverte il y a un mois à Marseille. C'est lui seul qui a désactivé le détonateur dimanche.

  • Par Mariella Coste
  • Publié le , mis à jour le
Christophe Perrier, Démineur de la Sécurité Civile, près de la bombe Félicie © Sidonie Canetto / France 3 Provence Alpes

© Sidonie Canetto / France 3 Provence Alpes Christophe Perrier, Démineur de la Sécurité Civile, près de la bombe Félicie

Christophe Perrier, profession : démineur

Leur devise : « Réussir ou Périr »...
Répartis dans vingt centres en France, ils sont 300 démineurs de la Sécurité Civile à entrer en action en cas de besoin. 

Ils sont 4 démineurs marseillais à intervenir dans l' opération menée ce dimanche à Marseille pour désamorcer la bombe de la seconde guerre mondiale découverte sur un chantier dans le quartier d’Arenc.  
Un seul s'approchera : Christophe Perrier, il va s'occuper de neutraliser la bombe Félicie.  
 Il a décidé d'opérer sans la tenue de protection, pour lui pas de souci majeur pour la neutraliser, c'est "un geste de routine" :

Ma tenue ne me servirait à rien, dès 700 g d'explosifs on est pulvérisés immédiatement, alors imaginez aujourd'hui si la bombe de 69 Kg explose... "


Elle s'appelle "Félicie", pèse 250 Kg et a 69 Kg d’explosifs, elle s’est armée lors de son largage en 1944. Ell est tombée à plat et n'a pas explosée.
© Sidonie Canetto / France 3 Provence

© Sidonie Canetto / France 3 Provence

Une centaine d'habitants sont évacués le temps de l'opération.

Reportage :

Félicie désarmorcée

Félicie a donc été désamorcée à Marseille en fin d'après midi. La bombe de la seconde guerre mondiale, a été découverte le mois dernier. La bombe a été emmenée au large, en Méditerranée pendant que tout un quartier, près du port autonome, était évacué..  -  Sidonie Cannetto et Ali Martiniky

 

L'actu de votre région en vidéo

Pennes-Mirabeau : les 190 élèves du lycée Louis Aragon seront accueillis dans d'autres établissements

C'est une conséquence des terribles incendies du 10 août dernier. Aux Pennes Mirabeau, la rentrée des classes n'aura pas lieu pour les lycéens de l'établissement Louis Aragon, un lycée ravagé par les flammes. les parents d'élèves s'interrogent et sont un peu désemparés . Interviews: Marie-Carmen Garcia Parent d'élève, Quentin Tricot Elève CAP1 paysagiste, Barbara Torel Parent d'élève, Bruno Pinel Parent d'élève et Patrice Gros Directeur académique des Bouches-du-Rhône

Lire l'article
Incendie Pennes-Mirabeau : les élèves du lycée Louis Aragon répartis dans d'autres établissements
les + lus