publicité

Debout la Gauche, un nouveau mouvement politique se crée en Paca

Debout la Gauche! c'est l'injonction lancée par le maire de la Seyne-sur-mer au lendemain du premier tour des régionales en Paca. C'est aussi le nom du nouveau mouvement politique qui verra le jour ce mois-ci dans la commune varoise, lancé par Christophe Pierrel, qui sera l'invité du 19-20 lundi.

  • Par Annie Vergnenegre
  • Publié le 03/01/2016 | 15:32, mis à jour le 03/01/2016 | 16:08
Aux côtés de Christophe Castaner, à droite Christophe Pierrel et à gauche Ladislas Poleski et Céciel Muschotti pendant la campagne des régionales. © Maxppp.

© Maxppp. Aux côtés de Christophe Castaner, à droite Christophe Pierrel et à gauche Ladislas Poleski et Céciel Muschotti pendant la campagne des régionales.

C'est dans le Var, à la Seyne-sur-mer, que Debout la Gauche sera lancé à la mi-janvier. Tout un symbole pour ce nouveau mouvement politique dans un département où le PS s'est fait laminer aux dernières départementales.

Ils sont trois trentenaires à porter ce projet. Christophe Pierrel, 31 ans, tête de liste PS dans les Hautes-Alpes aux régionales, Cécile Muschotti, 28 ans, tête de liste PS dans le Var et le Niçois Ladislas Polski, 39 ans, conseiller municipal à La Trinité, secrétaire et président de l'union régionale du MRC . Ils étaient tous trois les porte-paroles du candidat Castaner pendant la campagne. 

Dès le retrait du candidat de la gauche pour faire barrage à Marion Méréchal Le Pen, ils avaient lancé un appel aux électeurs déçus de voir la gauche absente de l'assemblée régionale pour les six prochaines années : "Aux électeurs de gauche et à tous les républicains sincères meurtris par la douloureuse alternative imposée au soir du premier tour, nous exprimons notre volonté farouche de porter une voix différente, une voix d'espoir et de construction de l'avenir pour le camp du progrès en Provence-Alpes-Côte d'Azur."

Le nouveau mouvement politique qu'ils veulent lancer est la concrétisation de cette envie de renouveau dans le paysage politique régional. 

Les appareils sont sclérosés, coupés des réalités »


explique Christophe Pierrel ce samedi dans Le Parisien-Aujourd’hui en France.

Les pourris et les cumulards, on n’en peut plus ! La jeunesse n’est pas un pari perdant. Les Français sont en demande de renouvellement, y compris les plus âgés. Il y a un décalage avec le plafond de verre des partis.»



Sur sa page Facebook, Ladislas Polski rappelle que le mouvement s'adresse à des "citoyens de tous horizons", pas seulement socialistes, lui-même appartenant au MRC. "Au-delà de nos partis, écrit-il, l'initiative de "debout la gauche!" en PACA se veut porteuse d'un espoir et d'une responsabilité pour les électeurs de gauche de notre région, orphelins depuis le 6 décembre, mais aussi pour tous ceux qui veulent transformer la colère et l'indignation en une perspective politique, c'est à dire en un avenir meilleur en Provence-Alpes-Côte d'Azur."

Présentée comme l'étoile montante du PS, Christophe Pierrel est pris à un bel avenir. Diplômé d'un master en communication politique et en science politique, il s'est fait remarquer des hautes instances du parti. Il y a tout juste un an, il a rejoint le cabinet du Président Hollande après avoir été directeur de cabinet du ministre de la ville de la jeunesse et des sports.

La notoriété de Cécile Muschotti n'a pas encore largement dépassé les frontières de la Seyne-sur-mer, mais la jeune femme a déjà localement une bonne expérience aux côtés du maire socialiste Marc Vuillemot qui l'a fait rentrer au conseil municipal alors qu'elle n'avait que 19 ans. Elle est alors présidente des Jeunesses communistes. Ce n'est qu'en 2010, candidate sur la liste de Michel vauzelle aux régionales qu'elle prend ses distances avec le PCF. Mais elle ne rejoint le PS que deux ans plus tard. Diplômée en « Ingénierie de la formation », elle intervient comme chargée de mission territoriale sur les questions de formation professionnelle et d’emploi et dispense des cours à l'université de Sud Toulon Var.

Mettre la Gauche debout et lui redonner un nouvel élan pour partir à la reconquête des rêves (et des électeurs perdus), c'est donc le voeu formulé par les trois amis et ex-colistiers en ce début d'année. Un sacré défi. Pour l'heure l'annonce de leur initiative, saluée par quelques militants sur Twitter, n'a pas suscité de réactions officielles des responsables du PS local


les + lus
les + partagés