Amende requise contre un universitaire d'Avignon, qui avait ironisé sur les "blancos" de Valls

Une amende de 2.000 euros assortie d'un sursis simple a été requise mercredi contre un maître de conférence qui comparaissait pour avoir, dans des mails internes à son établissement, ironisé et repris des déclarations de Manuel Valls, sur les "blancos". Le jugement sera rendu le 10 février.

  • Par @annelehars
  • Publié le , mis à jour le
Bernard Mezzadri, enseignant-chercheur au tribunal ce mercredi. © mAXPPP

© mAXPPP Bernard Mezzadri, enseignant-chercheur au tribunal ce mercredi.

"Ce que je reproche à M. Mezzadri c'est de poser dans le débat la question de la distinction de race et de couleur dans la définition de la valeur d'un établissement universitaire. On entre dans un discours potentiellement raciste", a estimé le procureur, Bernard Marchal.

"C'est fondamentalement en activant ce problème-là que vous entrez dans le champ d'incriminations", a-t-il ajouté.

Reportage à Avignon, ce mercredi :

Amende requise contre un universitaire d'Avignon, qui avait ironisé sur les "blancos" de Valls

Une amende de 2.000 euros assortie d'un sursis simple a été requise mercredi contre un maître de conférence qui comparaissait pour avoir, dans des mails internes à son établissement, ironisé et repris des déclarations de Manuel Valls, sur les "blancos".  -   - 


A l'approche d'une rencontre avec le Premier ministre, Bernard Mezzadri, enseignant-chercheur âgé de 55 ans, avait écrit le 27 mai dans un mail interne à l'université: "J'espère qu'en cette grande occasion la délégation de l'UAPV (Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, ndlr) comptera suffisamment de +blancos+ (et pas trop de basanés), afin de ne pas donner une trop mauvaise image de notre établissement", avant de qualifier Manuel Valls de "chasseur de Roms".

"whites" et "blancos" dans le décor


Ces propos faisaient notamment référence à des images de Manuel Valls datant de 2009, dans lesquelles celui qui était alors député-maire d'Evry (Essonne) demandait à ses équipes de rajouter des "whites" et des "blancos" dans le décor.

"Je dénonce le racisme et la xénophobie de M.Valls. Ce n'est pas mon expression, c'est celle de M.Valls, je la cite ironiquement", s'est défendu avec aplomb le maître de conférence, qui enseigne le grec et le latin. 

"Le message d'annonce de l'université était particulièrement enthousiaste et je souhaitais doucher un peu cet enthousiasme en rappelant quelques antécédents" du Premier ministre, a-t-il expliqué.
Un groupe de personnes s'est rassemblée devant le palais de justice d'Avignon peu avant l'audience mercredi après- midi pour soutenir le professeur M. Mezzadri. © maxppp

© maxppp Un groupe de personnes s'est rassemblée devant le palais de justice d'Avignon peu avant l'audience mercredi après- midi pour soutenir le professeur M. Mezzadri.


Me Patrick Gontard, l'avocat de l'université d'Avignon et des pays de Vaucluse (UAPV), qui avait signalé les propos au procureur et au recteur, a qualifié le professeur de "provocateur de salon" et son message d'"offusquant".

Un groupe de personnes s'est rassemblée devant le palais de justice d'Avignon peu avant l'audience ce mercredi après-midi pour soutenir le professeur M. Mezzadri, qui comparaissait devant le tribunal correctionnel pour provocation à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race.
- avec AFP- 
  • Le très vieux tribunal de Digne est rénové

    Découvrez le tribunal de Digne, tout rénové, après 2 ans de travaux. Il fallait améliorer non seulement l'acoustique interne, mais aussi réparer des fissures inquiétantes et améliorer la sécurité. Une visite guidée par le procureur de la République de Digne, en personne.

    Mis à jour aujourd'hui à 10h06
  • De vieux bandits marseillais jugés pour une ancienne affaire de machines à sous

    En tête de liste André Cermolacce dit « Gros Dédé »,  61 ans et Richard Laaban, 71 ans, jugés en compagnie de 6 autres présumés complices, par le tribunal correctionnel de Marseille, pour notamment, association de malfaiteurs et non justifications ressources. Le procès devrait durer trois jours.

    Mis à jour le 26/09/2016
  • Agression d'un policier sur une plage marseillaise : 4 jeunes jugés à huis clos

    Ils sont poursuivis pour avoir agressé en juillet 2013 un policier qui tentait de mettre fin à une altercation sur une plage marseillaise, au risque de le noyer. Quatre jeunes, tous mineurs au moment des faits, comparaissent vendredi devant le tribunal pour enfants.

    Mis à jour le 21/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

2 ados electrisés sur un pylône à Salon de Provence

A Salon-de-Provence, les deux adolescents secourus hier soir sur un pylône à 10 mètres de hauteur, sont toujours à l'hôpital. Leur témérité a bien failli leur coûter la vie. Un reportage de Marc Civallero et Alban Poitevin. Intervenants : Capitaine Marc Vallet, Chef du centre des sapeurs pompiers de Miramas ; Nicolas Isnard, Maire de Salon-de-Provence

Lire l'article
Salon-de-Provence : retour sur les deux adolescents électrisés
les + lus
les + partagés