publicité

Lyon : les médecins dans la rue contre "l'enterrement de la médecine libérale"

Une manifestation de médecins a eu lieu ce lundi matin (5 janvier) à Lyon. Près de 400 médecins libéraux, anesthésistes, cliniciens, chirurgiens, infirmiers... étaient rassemblés devant les locaux de l'Agence Régionale de la Santé (ARS) dans le 3eme arrondissement.  

  • dm
  • Publié le 05/01/2015 | 11:51, mis à jour le 05/01/2015 | 18:02
© Y.Marie

© Y.Marie

© Y.Marie

© Y.Marie


Habillés en tenue hospitalière bleue ou en blouse blanche, ainsi que des infirmiers, s'étaient rassemblés à un carrefour près de l'ARS pour y déposer un cercueil en bois, sur lequel était gravé une plaque indiquant "médecine libérale". Le cercueil a été rempli de feuilles de soins et brûlé. Les manifestants, agenouillés autour du cercueil, ont alors entonné une mélodie funèbre. Par cette action symbolique, ces professionnels de santé entendent protester contre le projet de loi de Marisol Touraine qui veut notamment généraliser le tiers payant en 2017. Selon eux, ces mesures vont tuer la médecine libérale. ...

Coup d'éclat ce lundi matin devant l'ARS : le reportage ci-dessous...
Lyon : les médecins dans la rue contre "l'enterrement de la médecine libérale"

Manifestation devant l'ARS (reportage de Y.Marie, E.Blaise, A.Jourdan) - montage : C.Thomas - 5/1/15

Intervenants dans le reportage 
1 - Jérome Marty, Président de l'Union Française pour une médecine libre
2 - Anne Lefevre-Grelat, Médecin à Valence (Drôme)
Manifestation devant l'ARS à Lyon 5/1/15

manifestation devant l'ARS - 5/1/15

Cabinets fermés, grève des gardes ou bras de fer administratif passant notamment par des refus de cartes Vitales: les médecins libéraux veulent maintenir la pression sur le gouvernement en ce début 2015, pour obtenir une réécriture du projet de loi santé. Du 23 au 31 décembre, les médecins libéraux avaient mené une semaine de grève des gardes et de fermeture des cabinets pour protester contre le projet de loi santé, qui doit être débattu au printemps au Parlement et qui prévoit notamment la généralisation du tiers payant, soit une dispense d'avance de frais pour les patients. Selon eux, cette réforme conduira à une "étatisation insupportable" de la médecine qui va bénéficier au secteur public. 

les + lus
les + partagés