Saccage du buffet de mariage d'un supposé supporter de l'OL: 10 Stéphanois jugés

Dix supporteurs de l'AS Saint-Etienne comparaissent, ce mercredi 6 janvier 2016, devant le tribunal correctionnel pour le saccage d'un buffet de mariage dans un château du Beaujolais le 5 septembre 2015. Les 10 ultras stéphanois pensaient détruire le buffet de mariage d'un supporter de l'OL!

  • Par Isabelle Gonzalez
  • Publié le , mis à jour le
Archives © DR

© DR Archives

Le marié avait le malheur de porter le même nom qu’un supporter de l’Olympique lyonnais, alors, dix "ultras" de l’AS Saint-Etienne,ont décidé de saccager un banquet de mariage le 5 septembre dernier, à Dénicé, dans le Rhône. Ils comparaissent ce mercredi 6 janvier devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône.
Les dix hommes sont pour la plupart de bons pères de famille, présentés comme des employés modèles mais leur passion dévorante pour les Verts de Saint-Etienne et la légendaire rivalité envers Lyon leur a fait commettre une bévue violente.
Ces dix supporters de l'ASSE, plus ou moins proches des "Magic Fans", un groupe d'ultras qui compteraient environ 1.600 membres dont un noyau dur d'une quarantaine de personnes, ont été interpellés lors d'un coup de filet dans les agglomérations de Chartres, Caen, Saint-Etienne et Vienne (Isère), qui ciblait initialement douze personnes.

Les faits
Le 5 septembre 2015 dans l'après-midi, ils ont saccagé un buffet de mariage dans un château du Beaujolais à coups de barres de fer, de battes de baseball et de matraques, dans un déferlement de violence qui n'avait pas fait de blessés mais terrorisé le personnel du traiteur présent sur place. Deux femmes s'étaient vu prescrire un et trois jours d'ITT après ce traumatisme.
Matériel de sono détruit, boissons, victuailles, vin, mobilier fracassé, cette "véritable opération commando", selon l'expression d'un régisseur du château de Talancé, à Denicé, où était organisée la noce. Ce déferlement de violence s'était produit alors que les jeunes mariés et leurs 300 invités étaient encore à l'église pour la célébration de leur union.

Pourquoi cette violence?
La justice penche pour un règlement de comptes fomenté par des supporters de "Sainté" envers ceux de l'Olympique lyonnais, opposés depuis
des décennies dans le cadre de la rivalité proverbiale entre les deux clubs.
En effet, ce même 5 décembre 2015, le mariage d'un fan de l'OL, ancien supporter stéphanois, était organisé dans la région. Problème: la noce
qui a été visée n'était pas la bonne. Selon un avocat des supporters stéphanois, l'ultra lyonnais aurait d'ailleurs savamment orchestré la confusion.

Des gentils gars capables d'une violence extraordinaire
Âgés de 26 à 48 ans, ils sont commercial, agent de maintenance, plombier, conducteur de travaux, chômeur ou promoteur en loisirs éducatifs, présentés comme des employés modèles ou de bons papas. "Des gentils gars capables d'une violence extraordinaire", avait taclé le procureur de la République, Grégoire Dulin, lors de l'audience en comparution immédiate.
Parmi les suspects figure un des quatre supporters stéphanois interpellés à Rome, début octobre, en marge d'une rencontre d'Europa League opposant l'ASSE à la Lazio. Il y avait été condamné à 20 mois de prison avec sursis pour détention d'armes.
Quelques autres n'ont pas le casier judiciaire d'enfants de choeur et font l'objet d'interdictions de stade et de condamnations pour violences en marge de matches de "Sainté" à Geoffroy-Guichard ou ailleurs en France.
"Je suis quelqu'un de calme", s'excuse l'un. "Le but premier n'est pas la violence mais de supporter notre équipe", avance un autre.
Poursuivis pour "association de malfaiteurs, dégradations et destructions en réunion avec le visage dissimulé", "violences volontaires en réunion avec préméditation et avec arme ayant entraîné une ITT inférieure à 8 jours", ils risquent jusqu'à cinq ans de prison et le double pour certains en situation de récidive.
A la demande des prévenus, les débats avaient été renvoyés à aujourd'hui 6 janvier 2016. Deux comparaissent sous mandat de dépôt et huit sont libre mais étaient placés sous contrôle judiciaire.

 

  • Assises du Rhône: Yannis Varaille reconnaît être le meurtrier de Léo

    Ils ont attiré le jeune Léo, 14 ans, dans un guet-apens avant de l'égorger au cutter et de le noyer dans le Rhône en mai 2013. Deux hommes et
    une femme comparaissent depuis lundi 26 septembre devant les assises du Rhône pour assassinat et complicité

    Mis à jour aujourd'hui à 14h17
  • Procès de l'explosion à Feurs Métal: une audience longue et décevante

    Le procès des Dirigeants de Feurs Métal et de Valdi  au tribunal correctionnel de St Etienne lundi 26 septembre aura duré neuf heures. Une audience longue pendant laquelle il aura davantage été question de circonstances techniques qu'humaines ...

    Mis à jour aujourd'hui à 11h01
  • Explosion sur le site Feurs Métal: l'heure du procès!

    Vérité et justice pour Jacques et Damien: voilà ce que réclament les soutiens et familles des deux ouvriers de maintenance tués lors de l'explosion d'un four industriel le 25 juin 2011 à Feurs, dans la Loire. Ce lundi 26 septembre, après plusieurs années d'instruction, c'était l'heure du procès

    Mis à jour aujourd'hui à 09h48
les + lus
les + partagés