Cet article date de plus de 8 ans

Grenoble, des chercheurs mettent en évidence un lien entre jeux vidéo et violence

Avec le temps, les jeux vidéo violents rendent de plus en plus agressif, c'est le résultat d'une étude menée par des chercheurs grenoblois, allemands et américains.

© CC BY Rad Jose
Les jeux vidéo violents rendent agressifs et leurs effets sur le comportement augmentent avec le temps, selon une étude réalisée en laboratoire par des chercheurs de l'Université de Grenoble.

Menée en collaboration avec les Université de Hohenheim (Allemagne) et de l'Etat de l'Ohio (Etats-Unis), cette étude doit être publiée dans le prochain numéro de la revue scientifique américaine Journal of Experimental Social Psychology.

Une première

"C'est la première étude au monde qui étudie de manière expérimentale les effets à long terme des jeux vidéo violents", indique Laurent Bègue, professeur à l'Université Pierre Mendès-France de Grenoble.

Des études antérieures avaient déjà montré que les jeux vidéo violents causaient une augmentation immédiate et de courte durée de l'agressivité.

Les expériences menées en laboratoire à l'Université de Grenoble ont permis de montrer que ces effets étaient "cumulatifs" et qu'ils pouvaient être "relativement durables", selon la conclusion de l'article.

L'étude

Chaque jour pendant trois jours, 70 étudiants des deux sexes ont joué pendant 20 minutes à des jeux vidéo, qui étaient soit violents soit non violents.

Pour mesurer leurs pensées hostiles, on leur demandait ensuite de lire une histoire, mettant en scène une situation de conflit potentiel (comme un accident de voiture), et d'imaginer la réaction des protagonistes de cette histoire.

Les étudiants ayant joué à un jeu vidéo violent s'attendaient alors à ce que les protagonistes adoptent un comportement plus hostile et agressif que ceux ayant joué à un jeu non violent.

Les mêmes étudiants étaient ensuite amenés à participer à une compétition les opposant à un autre candidat, qu'ils pouvaient punir en lui infligeant un choc sonore. Lorsqu'ils avaient joué à un jeu violent, les étudiants faisaient plus de mal à leur adversaire.

Un impact qui augmente avec le temps


Dans les deux cas, la tendance constatée le premier jour s'accentuait les jours suivants. Plus les étudiants jouaient à des jeux violents et plus leurs pensées hostiles et leurs conduites agressives augmentaient.

"Aujourd'hui en France, le scepticisme est constant" quant à l'impact des jeux vidéo violents sur l'agressivité, remarque Laurent Bègue, car "les effets des jeux vidéos violents ne sont pas suffisamment manifestes pour qu'on s'en rende compte à l'oeil nu".

Or, "c'est un facteur de violence avéré qui ne peut pas être négligé, même s'il ne faut pas s'en servir pour masquer d'autres sources de violence plus importantes", ajoute-t-il.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société