Cet article date de plus de 7 ans

Déraillement d'un wagon d'uranium : Sud Rail et Europe Ecologie dénoncent l'exposition aux radiations

Aprés le déraillement d'un wagon contenant des fûts d'uranium appauvri dans la Drôme,plusieurs organisations dénoncent l'exposition aux radiations des cheminots qui sont intervenus sur l'accident.Sud Rail demande la tenue d'un CHSCT extraordinaire vendredi à Lyon

Sud-Rail, Sortir du Nucléaire et EELV ont vivement dénoncé mardi l'exposition aux radiations des cheminots et du public lors de l'incident dans une gare de triage dans la Drôme lundi durant lequel un wagon transportant de l'uranium appauvri a déraillé.

Lundi, vers 17h30, un wagon (sur sept au total) parti de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) à destination de la Hollande, et transportant des fûts d'uranium appauvri, a déraillé en gare de triage à Saint-Rambert d'Albon (Drôme) lors d'une manoeuvre, sans se coucher ni provoquer de fuite, selon les pompiers, la préfecture et
Areva.Mais mardi, Sud-Rail et Sortir du nucléaire, dans un communiqué commun, ont révélé que stationnaient au même moment dans cette gare des wagons de type "Castor" chargés de combustibles usés, à destination de l'usine de recyclage de la Hague.

Contactée par l'AFP mardi soir, Areva a confirmé qu'il y avait bien eu "deux wagons de combustibles usés dans cette gare de triage" mais qu'"à aucun moment ces wagons n'ont été concernés par le dysfonctionnement mécanique rencontré sur le wagon" qui a déraillé.

"La fédération Sud-Rail dénonce depuis de nombreuses années le mauvais entretien des voies de service sur le domaine ferroviaire" et "statistiquement les convois de matières dangereuses sont concernés par ces accidents"
.
"Nous avons demandé un CHSCT extraordinaire qui se tiendra vendredi à Lyon car les cheminots et des tas de gens ont été en contact avec ces wagons", a dénoncé à l'AFP Philippe Guiter, représentant de la fédération Sud Rail."L'uranium appauvri est une substance qui présente une radioactivité tout à fait notable puisqu'elle est de plusieurs dizaines de millions de becquerels par kilos", a dit à l'AFP Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire et responsable du laboratoire de la Criirad, association qui a pour objet l'information des citoyens sur
la radioactivité.Selon M. Chareyron, "même si la radioactivité reste confinée, elle émet des radiations qui traversent les parois du wagon, et il est préférable de ne pas s'en approcher et de ne pas stationner à proximité".

Areva a pour sa part dit mardi soir que "la concentration  en radioactivité de cet uranium appauvri est très faible, trois fois moins radioactive que l'uranium naturel" et qu'il est possible de stationner à proximité.

Dans un autre communiqué, EELV Ardèche a rappelé mardi qu'"un tel incident sur un convoi de transport de matières radioactives repose le problème des risques,notamment des risques terroristes".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire accident