• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Renaud Lavillenie: “je peux aller encore plus haut”

Au lendemain de son troisième titre consécutif de champion d'Europe, une première dans l'histoire de l'athlétisme, le perchiste clermontois Renaud Lavillenie s'est confié à France 3 Auvergne. "Je peux aller encore plus haut' a-t-il dit après son saut à 6,07 mètres non validé à Göteborg (Suède). / © AFP PHOTO / JONATHAN NACKSTRAND
Au lendemain de son troisième titre consécutif de champion d'Europe, une première dans l'histoire de l'athlétisme, le perchiste clermontois Renaud Lavillenie s'est confié à France 3 Auvergne. "Je peux aller encore plus haut' a-t-il dit après son saut à 6,07 mètres non validé à Göteborg (Suède). / © AFP PHOTO / JONATHAN NACKSTRAND

Au lendemain d'un concours fabuleux qui l'a vu conserver son titre européen de saut à la perche, c'est un Renaud Lavillenie heureux qui a livré ses impressions à France 3 Auvergne. Même si son saut à 6,07 mètres n'a pas été validé, Sergueï Bubka et ses records peuvent commencer à trembler.

Par France 3 Auvergne

Renaud, au lendemain de ce fabuleux concours, vous avez essuyé vos larmes? La déception est-elle digérée?
Avant tout, c'est vraiment la performance que je réalise qui est importante. Je n'oublie pas que j'étais venu à Göteborg pour remporter un troisième titre d'affilé et rentrer dans l'histoire des championnats d'Europe. J'ai fait un concours exceptionnel, j'ai passé au premier essai toutes mes barres, la fameuse barre des six mètres a été refranchie. Tout le monde a vu que j'ai franchi 6,07 mètres, malheureusement la règle est ainsi faite et ce saut n'est pas validé. Je sais que ce que j'ai fait hier (ndlr: dimanche) me prouve et me montre que je peux aller encore plus haut et c'est une vraie satisfaction.
 
Trouvez-vous cette règle profondément injuste?
Elle est profondément injuste parce que c'est vraiment mettre des bâtons dans les roues. Que la barre aille se hisser sur les hauts du taquet, et la probabilité qu'elle y reste, c'est quelque chose de très infime. Ça fait partie de notre sport, malheureusement. On va sans doute essayer de faire évoluer les règles. Mais bon…ce n'est que partie remise, je sais e que je vaux, je suis encore jeune, ce n'était pas ma dernière compétition.
 
Ça veut aussi dire que vous vous approchez un peu plus de Sergueï Bubka…
Je me rapproche vraiment, et quand je vois le saut que je fais à 6,01 mètres, il y a une marge impressionnante et 6,15 mètres, ce n'est pas si loin que ça. Vu ce que j'ai réussi à mettre en application hier (dimanche), les quatorze centimètres qui me manquent, je les ai dans les jambes. Je n'ai plus qu'à continuer le travail que je fais avec Philippe (ndlr: Philippe d'Encausse, son entraîneur) depuis plusieurs mois et à garder cette motivation, cette envie, pour faire tomber ses records un jour. Je commence vraiment à le ressentir.
 
Place aux vacances maintenant?
Oui, quelques jours de vacances pour se régénérer, profiter, et puis repartir parce qu'il y a une belle saison estivale qui s'annonce. Quand je vois l'hiver, je me dis que l'été devrait être très alléchant.
 
Propos recueillis par Jean-Luc Roussilhe

A lire aussi

Sur le même sujet

Partez sur les traces des résistants dans les Combrailles (63)

Les + Lus