• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La Maison d’os sur la scène des Célestins

Affiche du spectacle
Affiche du spectacle

Le spectacle apparaît aujourd’hui comme un hommage à Roland Dubillard, disparu en décembre 2011. Le projet était pourtant né de son vivant. Cette pièce, choisie par Anne-Laure Liégeois, devait honorer le talent d’un auteur  peu joué.

Par Isabelle Gonzalez

 / © La pièce traite, à sa façon, des rapports de force entre dominants et dominés, entre un maître et ses valets. Autour du crépuscule de l’énigmatique vieillard omnipotent, l’intrigue proposée par Roland Dubillard est une folle épopée, traversant des lieux improbables et irréels.
Pièce drôle et déroutante, La Maison d’os est une fantastique énigme, foisonnante d’images, d’allégories et de tournures brillantes.
Rayonnant, Pierre Richard est le visage idéal de cette folie douce d’un homme, maître de son petit monde, à qui le mystère de sa propre fin échappe. Avec lui, toute la distribution trouve ce ton délicieux du rire intérieur permanent. C’est cette aventure intime que nous fait partager un texte dont l’humour, les paradoxes et les situations absurdes renvoient à des questions profondes.

Du 8 au 19 juin 2013 sur la scène du Théâtre des Celestins de Lyon

Distribution
Avec Sharif Andoura, Sébastien Bravard, Olivier Dutilloy, Agnès Pontier, Pierre Richard
Scénographie : Anne-Laure Liégeois, Yves Bernard 
Lumières : Dominique Borrini 
Son : François Leymarie
Collaboration costumes : Élisabeth Dordevic
Accessoires : Arielle Chanty
Assistant à la mise en scène : Mathieu Dion

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Valence (Drôme) : une explosion dans un appartement fait un mort et un blessé léger

Les + Lus