• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Vague d'arrestations pour violences homophobes en marge de la Gay Pride

Au moins quatre agressions caractérisées à caractère homophobe se sont produites en marge de la Gay Pride organisée samedi à Lyon. La police a arrêté 7 personnes suspectes. Le mandat de dépôt a été requis pour l'un des auteurs de ces agressions, un homme de 23 ans.

Par Philippe Bette

Plusieurs personnes, dont des mineurs, ont été interpellées samedi à Lyon en marge de la 18e Gay Pride, pour avoir proféré des insultes homophobes et agressé physiquement des manifestants.

Selon une synthèse policière résumant plusieurs faits commis ce jour là, au moins quatre agressions différentes se sont produites en marge du défilé festif qui a rassemblé environ 10.000 personnes, et qui célébrait notamment l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels.

Selon une source judiciaire, deux personnes ont été déférées au parquet qui a ouvert une information judiciaire pour "violences volontaires en raison de l'orientation sexuelle", avec mandat de dépôt requis pour un homme de 23 ans. Ce dernier avait, avec un jeune de 17 ans, craché et asséné des coups de pied sur un participant dans le centre-ville, vers 17h00 samedi. Le mineur a pu être identifié grâce à la vidéosurveillance.

Un mineur de 14 ans, a notamment été interpellé, soupçonné d'avoir agressé samedi, avec 4 complices, un homme de 26 ans en raison de son homosexualité, en centre-ville,peu après 20H00. Mais la victime n'a pas reconnu le mineur qui a été laissé libre avec poursuite de l'enquête préliminaire.

Un peu plus tôt, à 18h50, place Bellecour, un autre homme de 18 ans avait pris à partie une jeune fille au sujet de ses orientations sexuelles, avant de résister à son interpellation. La victime ne s'est pas présentée au commissariat pour déposer plainte.

A peu près au même moment, samedi en début de soirée, trois autres jeunes, âgés de 17 à 18 ans, ont tenu des propos homophobes et frappé des participants à la Gay Pride, l'un d'eux se voyant prescrire 2 jours d'ITT à la suite des coups reçus.

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus