Cécile Duflot veut apporter des réponses aux familles qui campent place de Jaude

Sur la place de Jaude à Clermont-Ferrand, aidées par les associations locales, les personnes à la rue qui campent depuis lundi 2 septembre s'organisent. / © Stéphane Moccozet
Sur la place de Jaude à Clermont-Ferrand, aidées par les associations locales, les personnes à la rue qui campent depuis lundi 2 septembre s'organisent. / © Stéphane Moccozet

Alerté par la situation des 360 personnes qui ont déjà passé deux nuits dans la rue, le ministère de l'Egalité des Territoires et du Logement a délégué 400 000 euros de crédits. Pour les associations qui gérent l'hébergement d'urgence, l'argent arrive un peu tard.

Par Valérie Mathieu avec AFP

A Clermont, le 115 est dans l'impasse et l'hébergement d'urgence en difficulté.
Face à cette crise, l'Etat dit vouloir apporter des réponses pérennes : après un premier financement de 400 000 euros, le ministère de l'Egalité des territoires et du Logement va étudier les difficultés financières rencontrées par l'association ANEF.

Plus les moyens de payer
Cette association qui gère le numéro d'urgence a dû cesser de payer les hôtels hébergeant les sans-abris. L'Anef, qui emploie 110 salariés, a expliqué qu'elle n'avait plus les moyens de payer, l'Etat ne lui ayant remboursé que 5% des frais avancés depuis janvier, selon son directeur, Gilles Loubier.

Des solutions durables
Pour l'Anef, les 400 000 euros promis par l'Etat ne couvrent qu'une partie de la dette déjà contractée auprès des hôteliers sans assurer les hébergements futurs. L'hébergement d'urgence en hôtels qui devrait être l'exception est en train de devenir la norme dans le département avec seulement 110 places en structures pérennes contre 400 dans le secteur hôtelier. Gilles Loubier attend que tous se mobilise contre cette situation :
"Il faut que les pouvoirs publics, les collectivités territoriales et les associations engagent une réflexion pour trouver des solutions durables."
Le représentant de la Cimade 63 ( association solidaire des migrants et des demandeurs d'asile) rejoint le directeur de l'Anef dans son analyse de la situation. Emmanuel Bouhier a répondu aux questions de Jérôme Doumeng :

DMCloud:101715
Emmanuel Bouhier, porte-parole de la Cimade 63
Emmanuel Bouhier a été interviewé par Jérôme Doumeng et Ibrahimaj Aferdite

La mairie de Clermont a proposé une solution provisoire : installer tout le monde au gymnase Fontgiève. Cette solution a été refusée par les délogés. Ils restent place de Jaude pour sensibiliser l'opinion publique et témoigner de l'urgence de leur situation.

DMCloud:101605
Les sans-papiers campent toujours place de Jaude le 4 septembre

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Football féminin : Jean-Michel Aulas souhaite investir aux USA et en Chine

Les + Lus