Cet article date de plus de 7 ans

Mory Ducros: réunion cruciale chez A. Montebourg ce mercredi soir

Une réunion déterminante pour le sort des 5.000 salariés du transporteur Mory Ducros, en redressement judiciaire, se tiendra en fin de journée au ministère du Redressement productif. Une négociation doit avoir lieu entre Arcole, actionnaire principal et repreneur potentiel, et les élus syndicaux.
Dans le Rhône, les deux agences du groupe Mory-Ducros et leurs 250 salariés sont dans l'attente de nouvelles. 

Les discussions, à la veille d'un comité d'entreprise où Arcole Industries doit présenter son plan pour redresser l'entreprise, porteront notamment sur le montant des indemnités supralégales de licenciement. Le groupe propose de reprendre seulement 1.900 salariés. "Si l'actionnaire ne donne pas d'indemnités supralégales, on va vers un conflit social majeur, ce sera l'émeute dans les agences", avait prévenu mardi Fabian Tosolini, de la CFDT-Transports. Le syndicat demande à Arcole, filiale de Caravelle, "d'assumer sa responsabilité sociale" en mettant 20 millions d'euros pour financer ces indemnités, soit environ 5.000 euros par salarié.

Le tribunal de commerce doit se prononcer le 31 janvier sur l'offre d'Arcole, et les trois projets plus partiels de reprise. D'ici là, l'actionnaire avait posé comme "condition suspensive" à son offre l'absence de conflit social. Jusqu'ici seules quelques agences ont été momentanément bloquées par des salariés, notamment près d'Arras, Rouen et Lyon.

L'Etat, qui s'est dit prêt à soutenir cette offre via un prêt de 17,5 millions d'euros, a obtenu en contrepartie le changement de l'équipe dirigeante de Mory
Ducros et il lui a demandé d'améliorer le plan social. Pour l'heure, Arcole Industries propose de reprendre 1.900 salariés du groupe (dont 1.754 pour la maison-mère) et de maintenir 45 agences sur les 85 existantes.

Numéro deux français du transport de messagerie, Mory Ducros a perdu 79,5 millions d'euros lors de son dernier exercice pour un chiffre d'affaires de 765,5 millions et sa dette d'exploitation s'élève à 202,7 millions d'euros.


Le reportage du 13 janvier 2013, chez Mory-Ducros Vénissieux et Saint-Priest (69) :
durée de la vidéo: 01 min 32
Mory-Ducros en grève

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social