• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Le socialiste Olivier Bianchi officiellement maire de Clermont-Ferrand

Ce contenu n'est plus disponible

Vendredi soir, à l'occasion du premier conseil municipal d'après élections, le socialiste Olivier Bianchi est devenu le maire de Clermont-Ferrand, succèdant ainsi à Serge Godard. Dans la foulée de sa prise de fonction, les élus clermontois ont constitué l'exécutif constitué de dix-sept adjoints.

Par Stéphane Moccozet

Olivier Bianchi est officiellement, depuis vendredi soir, le 55ème maire de Clermont-Ferrand, 224 ans après Jean-François Gaultier de Biauzat, premier élu de l'ère républicaine en 1790. En prenant le fauteuil laissé vide par Serge Godard qui n'a pas souhaité se représenter après 17 ans à la tête de la ville, le socialiste, jusque là adjoint à la politique culturelle, est devenu le 4ème maire depuis la libération. Avec trois maires en 70 ans, il était peut-être temps de réinventer Clermont comme l'annonçait le slogan de la liste conduite par Olivier Bianchi lors de la campagne électorale des Municipales.

Pour mener à bien ses projets, Olivier Bianchi s'est entouré d'une équipe constituée de dix-sept adjoints, soit un de plus que son prédécesseur. Alors qu'au sommet de l'Etat, on constitue un gouvernement "de combat", resserré, le maire socialiste de Clermont-Ferrand ne s'est pas engagé dans cette même voie. Les sept premiers adjoints du maire connaissent bien la fonction puisqu'ils l'étaient déjà sous le règne de Serge Godard. Il s'agit de Françoise Nouhen, Christine Dulac-Rougerie, Monique Bonnet, Odile Vignal, Manuela Ferreira de Sousa, Phlippe Bohelay et Simon Pourret. 

Un mystérieux vote blanc

Vendredi soir, quatre conseillers municipaux ont présenté leur candidature pour devenir maire de Clermont-Ferrand: Olivier Bianchi pour la majorité PS-PC-EELV-MRC-GU-PRG, son allié du second tour Alain Laffont pour le groupe Front de Gauche, Jean-Pierre Brenas pour l'UMP et Antoine Rechagneux pour le Front National. Les trois derniers ont fait le plein de leurs voix, ce qui n'a pas été le cas d'Olivier Bianchi. Sur les 35 élus de sa majorité, 34 ont voté pour lui alors qu'un bulletin blanc est sorti de l'urne. Le nouveau maire a laissé planer le doute sur son vote alors que sa majorité se mettait déjà en quête de trouver l'idendité du frondeur.

Comparatif des adjoints Godard/Bianchi



A lire également




Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus