• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Rouler à 80 km/h ? Les motards en colère manifestent contre “l’inflation sécuritaire”

Un cortège d'un millier de motards a traversé la ville de Clermont-Fd à l'appel de la Fédération Française des Motards en Colère. Dans leur viseur, la politique gouvernementale qui veut abaisser la vitesse sur les routes de 90 à 80 km/h. / © Valérie Mathieu
Un cortège d'un millier de motards a traversé la ville de Clermont-Fd à l'appel de la Fédération Française des Motards en Colère. Dans leur viseur, la politique gouvernementale qui veut abaisser la vitesse sur les routes de 90 à 80 km/h. / © Valérie Mathieu

Passer de 90 à 80 km/heure sur les nationales et les départementales ? La mesure, dont Manuel Valls est à l’origine, agace les motards qui appelaient à la  mobilisation à travers la France le 12 avril. Prés d’un millier de conducteurs ont défilé sur leurs motos à Clermont-Fd.

Par Brigitte Cante

De Paris à Lyon en passant par Amiens, Rennes ou Antibes, des milliers de motards en colère manifestent samedi 12 avril contre une éventuelle limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, une "surenchère sécuritaire" et une "politique du bâton" qu'ils jugent contre productives.

Initié par la Fédération des Motards en Colère, le mouvement a pris la forme de défilés avec ronflement de moteurs garantis en centre-ville. A Clermont-Ferrand prés d'un millier de participants ont suivi le mot d'ordre contre "une politique de sécurité routière basée sur la répression."

L'hypothèse d'un abaissement de la vitesse a été évoquée par Manuel Valls, alors Ministre de l'Intérieur : "Il faut expérimenter la vitesse à 80 km/heure sur les routes secondaires. Si c'est efficace, comment se priver un seul instant d'un outil qui permet de sauver des vies ?" avait-il plaidé.

D'après un rapport, le passage à 80 km/heure sur tout le réseau secondaire sauverait de 350 à 400 vies chaque année. Une application sur une portion de routes plus réduite n'en sauverait que la moitié. Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) doit livrer ses conclusions le 16 mai. 

Un motard en colère
Interview de Damien Romero, représentant de la Fédération Française des Motards en Colère dans le Puy-de-Dôme.







Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus