Un quart des Rhônalpins exposés à la pollution à l'ozone en 2013

Capteurs pollution de l'air / © Yves Biron / France 3
Capteurs pollution de l'air / © Yves Biron / France 3

Un habitant sur quatre de la région Rhône-Alpes a subi en 2013 une exposition à l'ozone dépassant les normes européennes, selon un bilan de l'observatoire Air Rhône-Alpes présenté cette semaine.

Par Isabelle Gonzalez

La quasi-totalité de la population de la Drôme et l'Ardèche est touchée par des taux d'ozone ne respectant pas la valeur seuil. Ce polluant affecte surtout les zones rurales du sud de la région, en périphérie des grandes agglomérations, même si 100.000 habitants de l'agglomération lyonnaise sont concernés.
Les vallées alpines sont épargnées hormis certains territoires de très haute altitude.
Les concentrations mesurées, même si elles diminuent depuis dix ans, sont également au-dessus des valeurs réglementaires pour le dioxyde d'azote et les particules fines, à l'origine d'un important épisode de pollution dans la région il y a un mois.
Les transports routiers et le chauffage individuel au bois non performant en sont les principales causes. Prises en considération depuis plus longtemps,
les pollutions liées à l'activité industrielle sont celles qui ont le plus baissé.
La région Rhône-Alpes a enregistré 70 jours de dépassement des valeurs en 2013, alors que l'Union européenne n'en tolère que la moitié. Ce fut "pourtant une petite année", précise Alain Chabrolle, président d'Air Rhône-Alpes.
Une récente étude de l'Insee en Rhône-Alpes et du Grand Lyon a déjà pointé les pics de pollution atmosphérique touchant l'agglomération un jour sur trois. Selon un sondage Ipsos pour Air Rhône-Alpes datant de 2013, 83% des Rhônalpins se disent inquiets de la qualité de l'air qu'ils respirent et un sur deux envisage d'agir personnellement pour améliorer la qualité de l'air.

Sur le même sujet

Les + Lus