• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Premier salon du cheval de trait et de terroir au haras national d'Aurillac

Ce week-end, le haras national d'Aurillac s'est attelé à valoriser le cheval de trait en organisant le premier salon entièrement consacré au cheval lourd et aux métiers qui lui sont associés. Mi-selle, mi-lourd, le cheval de race Auvergne était la vedette de ce premier rendez-vous équin.

Par France 3 Auvergne

On dit d'eux qu'ils sont la plus belle conquête de l'homme mais c'est bien le public qui a été conquis par la grâce de ces chevaux lourds. Le premier salon du cheval de trait et de terroir d'Aurillac qui se tenait ce week-end a permis de rappeler, si besoin était, la première place tenue par le Cantal et plus généralement l'Auvergne en matière d'élevage français de ces chevaux lourds. Et en guise de première les organisateurs ont mis en avant les qualités professionnelles de ces élégantes bêtes de somme qui gagnent à être mieux connues.

"Il n'est pas connu pour ses utilisations autres que la boucherie." déplore Claude Mouysset, le directeur du haras national d'Aurillac. "Nous on voulait proposer la démonstration d'autres utilisation et arriver à faire en sorte que les gens se disent que le cheval de trait, on peut en faire autre chose, que l'on peut l'utiliser pour la traction."

Le cheval d'Auvergne en vedette

Au total, ce sont 7 races qui ont créé l'animation au haras d'Aurillac : les comtois, bretons, percherons, auxois, normands, boulonnais, et, bien sûr, le cheval d'Auvergne en invité d'honneur.

"Il a des caractéristiques un petit peu particulières, c'est d'ailleurs ce qui l'a fait disparaître" indique Nicolas Perrain, éleveur de chevaux d'Auvergne. "C'est un cheval très robuste, avec une ossature très importante, donc à l'époque de la destination bouchère de la plupart des chevaux de pays, celui-ci a disparu alors qu'au siècle dernier, il était géré par les haras nationaux d'une manière assez régulière car il était très utilisé par l'armée."

Au-delà de l'aspect festif, ce salon était aussi l'occasion pour le haras national d'Aurillac de communiquer sur la réorientation de ses missions sur le cheval de trait et d'attelage. Pour marquer les esprits et faire passer le message il fallait du lourd : c'est chose faite.

Salon du cheval de trait et de terroir à Aurillac
Reportage de Kamel Tir et Bruno Lebret. Intervenants : Claude Mouysset (Directeur du haras national d'Aurillac), Nicolas Perrain (éleveur de cheval d'Auvergne)

 

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus