Cet article date de plus de 7 ans

Salomé Attia, espoir du judo auvergnat, remporte le bronze aux championnats de France cadets

Ceyrat (63) et son dojo accueillaient ce week-end pour la première fois les championnats de France cadets de judo. 900 garçons et filles de 15 à 17 ans se sont affrontés. Parmi les 17 représentants de l'Auvergne, Salomé Attia (moins de 57 kilos) s'est battue jusqu'au bout pour ramener une médaille.
Arténium de Ceyrat, championnats de France de judo, catégorie cadets. Il est 10 heures du matin. Sur le tatami, Salomé Attia en est déjà à son deuxième combat. Et c'est encore une victoire avant la limite des quatre minutes.

"La catégorie des moins de 57 kilos est vraiment relevée." constate Soizic Moriconi, entraîneur du Pôle Espoir Auvergne, "parmi toutes les filles, il y en a une dizaine qui méritent d'être dans les cinq premières."

Dès son arrivée en France et son adoption, Salomé, la petite fille du Togo s'est mise au judo. Dans les rangs de ses supporters, son premier entraîneur, Laurent Médard, observe son parcours avec attention. C'est lui qui est allé la chercher dans son école des quartiers nord de Clermont-Ferrand, et il raconte :

"On fait des cycles de découverte avec les instituteurs où les enfants de la maternelle jusqu'au CM2 viennent découvrir le judo et elle a fait partie de ces enfants là. Ensuite, elle a accroché au judo, elle est venue s'entraîner un peu plus que les autres, elle est venue le samedi, les mercredis, elle a fait du judo, du judo, du judo, elle adorait ça et maintenant elle est en route pour être championne de France aujourd'hui, et c'est tout ce que je lui souhaite."

En quart de finale Salomé affronte la championne de France en titre. Combat compliqué mais victoire à l'arrivée. Dans les gradins parmi les milliers de spectateurs les parents angoissent pour leur championne de 17 ans.

"C'est l'aboutissement de beaucoup de travail" explique la maman de Salomé. "Elle donne tout aujourd'hui, elle joue sa saison aujourd'hui, elle joue pratiquement son avenir aujourd'hui. C'est un mélange d'anxiété, de fierté, parce qu'elle a une telle abnégation ... c'est important."

En demi-finale, Salomé est en difficulté. Elle rattrape son retard mais les dix dernières secondes lui sont fatales.

"J'ai fait une bêtise" analyse la jeune athlète. "J'étais stressée, je me suis trop précipité et je me suis faite avoir."

Mais ce n'est pas fini : il reste encore le bronze à aller chercher, et là, c'est mission accomplie.

"Le judo, ça m'apporte beaucoup de choses" conclut Salomé. "Il y a les copains, il y a les codes ... Je peux passer ma vie sans faire du sport. Le judo c'était un peu pour montrer à ma famille d'Afrique qui m'ont permis de me faire adopter que j'ai une chance et je veux pas les décevoir, alors je continue."

A la prochaine rentrée, Salomé va partir chez les grandes. Finies les cadettes place aux juniors au pôle France d'Orléans, mais les copains et la famille ne seront pas très loin.

durée de la vidéo: 02 min 37
Championnats de France cadets de Judo à Ceyrat (63)

 

Les résultats des athètes auvergnats
- Chloé Carlier (+ de 70 kilos) : 5e place
- Salomé Attia (- de 57 kg) : 3e place (médaille de bronze)
- Yohan Raynaud (- de 81 kg) : 5e place
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
judo sport