Cet article date de plus de 6 ans

Européennes : Nouvelles listes en lice en Auvergne, Centre et Limousin

Eurosceptiques ou partisans d’une autre Europe, à gauche comme à droite, les candidats aux élections européennes se multiplient à moins d’un mois du scrutin. Dans la circonscription Massif Central Centre, quatre nouvelles listes ont dévoilé leur projet.

74 députés européens seront élus, ou réélus, le 25 mai aux Parlements de Strasbourg et Bruxelles, dont cinq pour la circonscription Massif Central Centre.
74 députés européens seront élus, ou réélus, le 25 mai aux Parlements de Strasbourg et Bruxelles, dont cinq pour la circonscription Massif Central Centre. © FREDERICK FLORIN AFP

Le camp des travailleurs


Dans la circonscription Massif Central Centre, une Auvergnate conduit la liste de Lutte Ouvrière : Marie Savre, formatrice à Clermont-Ferrand. Dans cette région qui porte l’empreinte de Michelin, deux ouvriers du caoutchouc sont colistiers : Eric Bellet (Cher) et Dominique Leclair (Puy-de-Dôme).

Lors d'un meeting à Tours, Marie Savre a évoqué la conjoncture économique et politique, sans langue de bois, comme le rapporte La Nouvelle République : "Nous sommes dégoûtés, désemparés, écoeurés."

Lutte Ouvrière, qui présente des candidats partout en France, ne croit pas aux vertus de l'Union Européenne : "Les travailleurs doivent défendre leurs propres intérêts, contre la politique de combat que le gouvernement de Valls, dans la lignée de son prédécesseur, mène contre les travailleurs. (...) Quant à l’extrême droite, qui fait des travailleurs des autres pays des ennemis à combattre en lieu et place des capitalistes, elle représente un danger mortel pour le camp ouvrier."


Les féministes pour l’Europe de l’égalité


Tête de liste des "Féministes pour une Europe Solidaire" dans l’euro-région Massif Central-Centre, Karine Plassard est co fondatrice de l’antenne d’Osez le Féminisme 63 et fonctionnaire territoriale à Clermont-Ferrand. Elle s'engage pour "une Europe de la liberté et de l’émancipation qui met au cœur de son projet politique l’égalité entre les femmes et les hommes, et qui sait que cette égalité et les droits des femmes sont un enjeu de civilisation."

Alors que deux papes ont été salué à Rome, les listes "Féministes pour une Europe Solidaire" rappellent qu’elles défendront  "la séparation des pouvoirs politiques et religieux. Les décisions qui concernent les européennes et les européens ne doivent pas être prises au nom de principes divins, auxquels chacune et chacun a la liberté de croire ou non dans son intimité, mais au nom de principes politiques décidés par le suffrage universel."


Nouveau parti, Nouvelle Donne ?


Dans la bataille électorale des européennes, voici un jeune et nouveau parti baptisé Nouvelle Donne depuis novembre 2013. Pour le scrutin du 25 mai, il présente des candidats issus de la société civile.

Dans les régions Auvergne, Centre et Limousin, Laurence Danieau conduit la liste et se définit comme " une citoyenne engagée" : "  Ma conscience politique s’est aiguisée lors de mes dix années passées comme conseiller financier. J’y ai vu beaucoup de privilégiés vanter les mérites de l’ultra libéralisme, oubliant que cela n’était profitable qu’à une toute petite minorité."  Parmi ses colistières figure Danielle Vernière, qui vit dans le Cantal.

Nouvelle Donne se voit comme une alternative au Parti Socialiste, et à l’abstention. Il rassemble des militants associatifs et des déçus du PS sous la houlette de l'économiste Pierre Larrouturou, Bruno Gaccio (ex-Guignols de l'info) ou du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

Dans cette campagne, Ils s’élèvent contre " le poids de la finance, des lobbys et le choix de l’austérité."  Parmi leurs propositions, un impôt européen sur les bénéfices pour lutter contre les paradis fiscaux, un salaire anti dumping pour éviter les délocalisations, un contrat d’apprentissage européen pour les jeunes, un pacte de 1000 milliards pour sauver le climat, et l’organisation de référendums pour chaque nouveau traité.


Le pari des souverainistes


Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président du mouvement Debout la République ! vient soutenir le 30 avril à Clermont-Ferrand le candidat qui conduit la liste dans la circonscription Massif Central Centre :  Patrice Court-Fortune, officier pilote de chasse basé en Indre-et-Loire.

Nicolas Dupont-Aignan estime qu'il a une carte à jouer entre le Front national et la droite. Il veut " offrir, notamment aux 55% de Français qui ont voté non en 2005, un patriotisme serein, rassembleur et constructif. Debout la France ! Ni système, ni extrêmes "

Ce projet gaulliste veut reconstruire l'Europe autour de coopérations industrielles et scientifiques, à l'image d'Airbus, ou dans de nouveaux domaines comme la lutte contre le cancer, les autoroutes numériques ou encore la voiture électrique.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections européennes politique