Souvenez-vous... Dans les années 60, Courpière était la capitale de la fraise

Courpière était autrefois la capitale des fruits rouges et de la fraise en particulier. La ville exportait 200 tonnes de ce fruit en 1960. Culture aujourd’hui abandonnée.

Dans les années 60, les proiducteurs de fraises prospéraient à Courpière.
Dans les années 60, les proiducteurs de fraises prospéraient à Courpière.
Il n'y a aujourd'hui plus de production de fruits rouges à Courpière, sur le marché de la ville, on trouve surtout des fraises du Périgord. Seul vestige du passé "fraisier", la route qui longe les gorges de la Dore est toujours appelée la route des fraises ! C'est celle qu'empruntaient les producteurs pour amener les fruits à la gare. Désormais, la voie de chemin de fer ne sert qu'au train touristique Agrivap et à la papeterie de Giroux situé à quelques kilomètres du bourg pour fournir l'entreprise de Cartonnerie Celta, l'un des leaders européens de cette spécialité. 

En quelques dizaines d' années, Courpière a donc bien changé et la municipalité récemment élue souhaite renforcer le développement de la ville. Actuellement, Courpière compte 4400 habitants, contrairement à d'autres villes, ce nombre n'a pas beaucoup varié au fil des ans depuis le début des recensements, c'est à dire au 18ème siècle.

durée de la vidéo: 05 min 12
Page mémoire : Courpière capitale de la fraise

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture patrimoine