A Clermont, la CGT Construction mène une opération coup de poing contre l'exploitation des travailleurs détachés

Publié le Mis à jour le
Écrit par Evelyne Rimbert .

Opération coup de poing de la CGT Construction ce mardi matin. Très tôt, à 5h30, une cinquantaine de militants s'est rendue sur le chantier de la future Caisse Primaire d'Assurance Maladie à Clermont-Ferrand. Pour dénoncer le recours à des travailleurs détachés payés en deça du minimum légal.

L'ambiance était très tendue ce mardi matin sur le chantier clermontois de la future Caisse Primaire d'Assurance Maladie. Dés 5h30, une cinquantaine de militants de la CGT Construction est venue bloquer l'accès du chantier. 



Selon la CGT, l'entreprise en charge des travaux emploierait depuis plusieurs mois des salariés intérimaires étrangers détachés avec des contrats de travail et de rémunérations qui ne respectent pas le code du travail. Des salariés qui seraient payés 3 euros de l'heure au lieu de 11 euros.

Le responsable de l'entreprise en question dément avoir recours à des travailleurs détachés. D'ailleurs, aucun n'était présent sur le chantier ce mardi matin.



Dans les prochains jours, la CGT devra fournir à l'Inspection du Travail les preuves de ce qu'elle dénonce. Afin de sanctionner pénalement les pratiques illégales de l'entreprise visée. La CGT devrait également saisir les prud'hommes pour faire reconnaître les droits d'une quinzaine de salariés étrangers concernés par ces pratiques.

©INA



Une action menée alors que se déroule cette semaine, au Polydôme de Clermont-Ferrand, le congrès de la Fédération nationale des salariés de la construction, du bois et de l'ameublement CGT.

350 délégués sont présents. A l'ordre du jour : les orientations revendicatives et les actions à mettre en place pour les trois prochaines années. Notamment sur la question des salariés détachés et la pénibilité au travail.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité