• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Feurs: la fête du lait sur fond de malaise

Le 14/09/2014 / © France3 RA
Le 14/09/2014 / © France3 RA

La fête du lait à Feurs, était l'occasion de se réjouir de la bonne tenue du prix du lait. Pourtant la fête était un peu ternie par l'ouverture, à quelques centaines de kilomètres de la Loire d'une ferme géante et très controversée: la ferme des 1000 vaches !

Par Isabelle Gonzalez

À Feurs, ce dimanche 14 septembre, il a été question de production laitière mais aussi de la nécessité de préserver des conditions de vie correcte aux animaux....
Feurs: fête du lait
L'occasion pour les éleveurs ligériens et des départements limitrophes de livrer leur sentiment sur la "ferme des 1000 vaches" qui a commencé à produire. Reportage Daniel Pajonk et Mouloud Aïssou.
La ferme des 1000 vaches bloquée
Les 150 premières vaches laitières sont arrivées dans la nuit à Drucat, près d'Abbeville (Somme). La première traite a eu lieu samedi 13 septembre dans la matinée, au grand dam des opposants qui bloquent l'accès au site. Ils dénoncent le gigantisme de ce projet, qu'ils jugent dangereux pour l'environnement et contraire au bien-être des animaux, concentrés et élevés hors-sol.
Cependant, la préfecture a indiqué samedi qu'après contrôle cette semaine par les services de l'État, l'ensemble des installations ont été déclarées conformes au permis de construire.
"Un passage en force"
Venu sur place avec d'autres adhérents, Michel Kfoury, président de Novissen, organisation hostile au projet, a dénoncé un "passage en force", alors que Novissen avait déposé le 5 septembre un référé en suspension d'exploitation devant le tribunal administratif d'Amiens. De son côté, la Confédération paysanne entend maintenir des blocages autour de la ferme controversée, elle a déposé un recours en urgence contre cet établissement.
"On bloque. Le deuxième camion qui est venu décharger les vaches a été refoulé. Il est reparti sur la ferme initiale. On reste en place tant qu'on ne saura pas pourquoi par exemple la gendarmerie est venue protéger une installation illégale, tant qu'on ne saura pas pourquoi Michel Ramery, industriel des BTP à la retraite, à l'origine du projet, a eu des passe-droits", a déclaré le porte-parole de la Confédération paysanne lors d'une conférence de presse organisée à la fête de l'humanité.

A lire aussi

Sur le même sujet

Registre canicule : Villeurbanne veille sur les seniors

Les + Lus