Incendie d'une maison de retraite: décision du tribunal attendue ce lundi

Archives / © A.JOURNOIS
Archives / © A.JOURNOIS

C'est demain, lundi 15 septembre, que le tribunal de grande instance de Lyon rendra sa décision, huit ans après l'incendie d'une maison de retraite. Un drame qui a coûté la vie à deux pensionnaires de la résidence « La vigie des Monts d’or » à Limonest.

Par Isabelle Gonzalez

Il est 18 heures, ce 1er novembre 2006 lorsqu'un incendie se déclare dans une chambre située au quatrième étage de cette Mapad (Maison d'accueil pour personnes âgées dépendantes). Quelque 89 personnes, pensionnaires et personnels, sont rapidement évacuées.
Une cinquantaine de pompiers interviennent et maîtrisent le sinistre mais le bilan est dramatique: deux personnes très âgées décédent de brûlures et d’intoxication.
Gérée par la Mutualité du Rhône, cette résidence construite en 1993, située route de Bellevue, venait de faire l'objet d'une remise aux normes, en vertu de nouvelles réglementations de sécurité incendie. Huit ans après les choses semblent moins évidentes, les familles dénoncent des "dysfonctionnements graves".

Lors de l'audience, le lundi 2 juin dernier, les familles avaient fait le déplacement pour demander que les responsabilités soient examinées. Alors que le parquet de Lyon avait classé l’affaire sans suite,elles attendaient la condamnation de la Resamut, l'organisme de santé qui gérait la maison de retraite « La vigie des Monts d’Or », à Limonest. Selon elles, les problèmes étaient nombreux: système de désenfumage défectueux, des travaux de mise en conformité seront exécutés un an après l’incendie, alarme incendie se déclenchant de manière intempestive, formations et exercices insuffisants, architecture du bâtiment complexe...
Le président rappelait alors que les "selon le défenseur, l’établissement n’était juridiquement pas tenu à « une obligation de moyens » en terme de sécurité. Il a plaidé le rejet des demandes". L’avocat de l’Opac, propriétaire du bâtiment loué à Resamut, a repoussé toute responsabilité, compte tenu des termes du contrat de location.

La décision est attendue ce lundi 15 septembre.


Sur le même sujet

Les + Lus