40 chercheurs au départ de Grenoble pour défendre l’enseignement supérieur et la recherche.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Hédiard .

Les chercheurs sont partis ce dimanche 4 octobre au matin répondant à l’appel du collectif « Sciences en marche ». Ils ont rendez-vous à Paris avec leurs collègues de toute la France pour une manifestation devant l’Assemblée nationale le 17 octobre prochain.

L’initiative a été lancée par le collectif montpelliérain « Sciences en marche »

Mais elle s’est rapidement répandue dans toute la France. A pied ou à vélo, les chercheurs partis de Montpellier, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Rouen ou Grenoble vont converger vers l’Assemblée nationale et l’Elysée à l’occasion de la Fête de la science du 27 septembre au 19 octobre.



Car les scientifiques ne sont pas à la fête. Les laboratoires de recherche publique souffrent depuis plusieurs années de la précarité de l’emploi et du manque de visibilité à long terme.

Ils estiment que les décisions concernant l’emploi scientifique, notamment dans le public, entravent leur capacité de recherche et affaiblissent les universités.



A Grenoble, le départ a été donné ce dimanche 4 octobre au matin, le voici en images

durée de la vidéo: 00 min 27


« Sciences en Marche » porte trois demandes consensuelles au sein de la communauté:

1) La mise en oeuvre d’un plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi statutaire à tous les niveaux de l’ESR,

2) Le renforcement des crédits de base des laboratoires et des universités,

3) La reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives, et de la valeur des formations doctorales au sein des entreprises et dans la haute fonction publique.

Elle a en outre l’ambition pédagogique d’expliquer l’importance sociétale des métiers scientifiques, au grand public, afin qu’il comprenne que cette démarche n’est pas corporatiste et qu’il reprenne et amplifie ses demandes.



Ecoutez les explications d'Olivier Destaing Chercheur en biologie à Grenoble

durée de la vidéo : 24sec
©INA

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité