Cet article date de plus de 6 ans

Clermont, un festival de rencontres

Le festival de Clermont est l'occasion de mettre en relation tous ceux qui ont un court-métrage à défendre et tous ceux qui peuvent les aider. En une semaine, producteurs, réalisateurs, et représentants des festivals s'échangent un maximum de cartes de visite pour faire avancer leurs projets...
© Fabien Gandilhon / France 3 Auvergne
"Ah, tiens, quelqu'un qui parle français !" Ces quelques mots glanés à l'accueil suffisent à décrire le public qui défile depuis le milieu de matinée dans le hall de la maison internationale universitaire. Entre les chaises disposées façon "speed-dating" autour de quelques tables, on dirait que le monde entier s'est donnée rendez-vous : un jeune réalisateur espagnol, une délégation asiatique, des responsables de festivals suisses, italiens ou brésiliens, tous venus échanger leurs cartes de visites et plus si affinités ...

Fabien Gandilhon / France 3 Auvergne
Fabien Gandilhon / France 3 Auvergne
En tout, ils sont une centaine à être venus pour ce module "les festivals en personne", sur inscription seulement. "On a du refuser du monde !" explique Laurent Crouzeix, qui tient la liste à l'entrée.

Certaines tables sont très demandées, celle de la représentante de la semaine de la critique à Cannes notamment. Pascal Fromage est venu parler d'un film dans lequel il joue, "Groom's Love". "Le film a remporté le prix "Tous en short", donc il sera donc projeté au festival international de Cannes cette année ! Je voulais me faire expliquer les détails et savoir si on pouvait s'inscrire dans d'autres compétitions."

"C'est une bonne source !"

Pascal a aussi rencontré les représentants du festival de Berlin, mais aussi Kristin Ji, programmatrice du festival"Asiana", le plus gros rendez-vous coréen consacré au court-métrage. Elle vient pour la deuxième année consécutive à Clermont, mais c'est la première fois qu'elle participe à cette séance de rencontres. "C'est une bonne source, ce qui se fait de mieux ! Ce matin, j'ai déjà trouvé un ou deux projets qui me semblent intéressants."

© Fabien Gandilhon / France 3 Auvergne

Amorcer des rencontres

"C'est la deuxième année que l'on fait ça. C'est très populaire car cela permet d'amorcer des rencontres, de faire connaître les responsables de festivals qu'il sera ensuite possible de rencontrer sur les stands" commente Laurent Crouzeix. "Les gens viennent mettre des visages sur des festivals, comprendre leurs lignes éditoriales. Les programmateurs connaissent bien le circuit : si le projet ne rentre pas dans leur cadre, ils peuvent aussi aiguiller les participants vers des rendez-vous qui correspondent mieux à leurs projets."

Ces prises de contacts se révèlent si intéressantes qu'il a fallu limiter le temps de chaque rencontre. Au bout d'un moment, les plus bavards sont priés de laisser leur place à un petit camarade ... histoire que tout le monde puisse profiter de l'opportunité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival du court-métrage de clermont-ferrand