Cet article date de plus de 5 ans

Aubière : mobilisation au collège Joliot Curie contre les baisses de moyens

Les enseignants et les parents du collège Joliot Curie à Aubière se mobilisent contre les baisses de moyens : avant les vacances de février, ils ont appris que l'an prochain la dotation horaire de l'établissement sera amputée de 92 heures hebdomadaires.

Professeurs et parents d'élèves du collège Joliot Curie d'Aubière se sont rassemblés devant l'inspection d'académie pour dénoncer la diminution de moyens prévue l'an prochain.
Professeurs et parents d'élèves du collège Joliot Curie d'Aubière se sont rassemblés devant l'inspection d'académie pour dénoncer la diminution de moyens prévue l'an prochain.
Devant l'inspection Académique, professeurs et parents d'Aubière sont en colère : tout fonctionne bien au collège Joliot Curie et pourtant l'an prochain, ils auront 92 heures d'enseignement en moins. Dans le département, 30 % des collèges sont dans le même cas. Le gouvernement avait pourtant promis de mettre l'accent sur l'éducation. Alors, devant cette annonce, les syndicats se sentent floués. 

"On pouvait penser qu'il y aurait une hausse de moyens dans tous les établissements du service public, mais en fait on a découvert très rapidement qu'il y aurait une hausse de moyens dans l'éducation prioritaire, ce qui était un souhait de la plupart des enseignants et des syndicats, mais ce qu'on n'avait pas annoncé, c'est que c'était à moyens constants. Donc ce qu'on allait donner aux uns, il faudrait le prendre aux autres..." explique Frédéric Abrioux, secrétaire départemental FO des lycées et collèges.

Déshabiller Pierre pour habiller Paul

Les autres, ce sont les collèges classiques comme Joliot Curie. Les professeurs vont devoir revoir leur mission éducative. Fini le grec, la flûte ou encore le soutien scolaire. A Aubière, depuis 10 ans des cours spéciaux sont dispensés aux plus faibles. Des heures pour aider les élèves dyslexiques qui devraient se réduire à peau de chagrin l'an prochain, si rien n'est fait. 

Ne pas laisser ces jeunes sur le bord de la route, croire en l'école publique et en cette ministre qui leur a dit qu'elle allait les aider, ils sont tous d'accord. Tous plein d'espoir pour être entendus. L'inspection académique n'a pas souhaité recevoir notre équipe, mais a accepté d'écouter les représentants des professeurs et des parents. Ceux là estiment que les réseaux d'éducation prioritaires ont besoin d'aides supplémentaires mais pas à leur détriment.
durée de la vidéo: 01 min 37
Mobilisation au collège Joliot Curie d'Aubière.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société