• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Stade Français-ASM : les supporteurs clermontois auraient-ils moins la foi ?

Les drapeaux sont moins nombreux dans les rues clermontoises que précédemment. / © France 3 Auvergne
Les drapeaux sont moins nombreux dans les rues clermontoises que précédemment. / © France 3 Auvergne

Derrière les Jaunards, ils seront plusieurs milliers de supporters à faire le déplacement samedi jusqu'au Stade de France. Mais entre les finales perdues et certains mots du président jugés de trop, l'engouement n'est pas le même que lors des grands rendez vous précédents. 
.

Par France 3 Auvergne

"Nos spectateurs ont beaucoup de chance d'avoir un club comme le nôtre, ils pourraient être à Brive, Perpignan ou encore La Rochelle". Les mots sont ceux du président de l'ASM. Avec cette déclaration, Eric de Cromières ne s'est pas fait que des amis. Dans les clubs concernés, bien sûr, mais également chez les premiers supporters des Jaune et Bleu. 

"On pourrait être à Toulouse et Toulon aussi, non ?" interroge l'un d'eux. "Perpignan, ils ont gagné combien de titres ? Plus que nous. Brive, ils ont une Coupe d'Europe", poursuit-il.
"Il n'est pas de notre monde, cet homme, c'est dommage", estime un autre. "Quand on voit les autres clubs qui grandissent... Et nous, on est dans la suffisance, ça commence à être un peu pesant", dit-il.

Avant même que l'ASM n'ait commencé à en découdre à Paris, les langues se délient et les mots ne sont plus si gentils. Comme pour noyer un trop plein de finales perdues...

Dans les rues de la capitale auvergnate, en tous cas, l'engouement populaire n'est pas comparable à celui des finales précédentes...
Aux balcons, très peu de drapeaux. Heureusement il y a le bar des Vignerons. Un des seuls endroits de Clermont où l'on sent que la finale approche...

"On a un petit désengagement des supporters, on sent qu'il y a une petite cassure", admet Patrick Quinty, le président des clubs des Vignerons
Dans certains de clubs de supporters, ils sont jusqu'à 40% de moins à faire le déplacement, comparé à 2010.

Malgré ces temps où le trouble s'invite dans les esprits, ils seront encore nombreux au Stade de France. "Je veux qu'ils gagnent, comme ça on oublie tout après et on sera fier de nos couleurs", affirme une supportrice tournée vers l'avenir.

Ambiance à Clermont avant à la finale de rugby
Reportage, Julien Le Coq, Laurent Pelletier





Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus