28 migrants sont arrivés hier en Rhône-Alpes après le démantèlement de la jungle de Calais

Nos journalistes ont pu les rencontrer quelques heures après leur arrivée.

© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Après une nuit de routes, ils ont été accueillis dans un centre situé dans le 3ème arrondissement de Lyon et géré par l’association Habitat et Humanisme.

durée de la vidéo: 02 min 06
28 migrants sont arrivés hier en Rhône-Alpes après le démantèlement de la jungle ©France 3 Rhône-Alpes

Ils ont pu prendre un petit-déjeuner au chaud, le premier depuis longtemps. Ces migrants racontent l’enfer de la jungle de Calais : le froid, la boue, l’insécurité, la précarité.

Ils vont être hébergés plusieurs mois dans le centre, le temps que leur demande d’asile soit examinée par l’administration. Certains pourraient être ensuite renvoyés dans le premier pays européen traversé.

Une nationalité plus représentée


La plupart de ces personnes viennent du Soudan. Ils veulent échapper à la guerre du Darfour (région désertique à l’ouest du pays), qui sévit dans la région depuis 2003.

Cette guerre, souvent qualifiée de « guerre civile », trouve ses racines dans la décolonisation du pays en 1956. Le Soudan comprend de nombreuses populations de culture et religions différentes. Et le pétrole découvert dans les années 1980 n’a fait qu’attiser les tensions.

En 2011, le Soudan du Sud devient indépendant. La création de cet Etat est censée résoudre le conflit. Loin s’en faut : un récent rapport d’Amnesty International affirme que des armes chimiques sont utilisées au Darfour contre des civils.

Ce conflit a provoqué 300 000 morts et 2,4 millions de déplacés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration migrants à calais