Auvergne-Rhône-Alpes
En direct Affaire Fiona

Affaire Fiona : Procès en appel du couple Bourgeon/Makhlouf - revoir notre direct de la 4e journée

Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sont jugés devant la cour d'appel de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, à partir du lundi 9 octobre pour la mort de Fiona, en mai 2013. En première instance, la cour d'assises du Puy-de-Dôme avait acquitté partiellement la mère de la fillette du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle n'avait été condamnée que pour quatre délits, notamment "non-assistance à personne en danger" et "dénonciation de crime imaginaire" pour avoir monté le scénario de sa disparition dans un parc de Clermont-Ferrand, le 12 mai 2013. Elle s'est toutefois vu infliger un retrait total de l'autorité parentale pour ses deux autres enfants. Quant au compagnon à l'époque de Cécile Bourgeon, il avait écopé de 20 ans de réclusion criminelle, assortis d'une période de sûreté des deux tiers. A ce jour, le corps de l'enfant, âgée de 5 ans au moment de sa disparition, n'a toujours pas été retrouvé. Le procès en appel du couple est à suivre quotidiennement, minute par minute, sur notre site Internet. Le verdict est attendu pour le 20 octobre.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 12/10/2017 à 22:07

    Suspension d'audience - fin de la journée

    Le dernier témoin qui devait comparaître (celle qui habite Biarritz) ne sera finalement pas entendue. Me Portejoie indique que sa cliente "ne peut même plus assister à son propre procès". Son témoignage se fera par visoconférence demain.

    Maître Khanifar interroge le témoin

    Le témoin ne pense pas qu'un enfant puisse ingérer un pochon d'héroïne sans etre dégoûté par le goût.

    Maître Constantino interroge le témoin.

    - Me Constantino : "Madame, vous connaissez le speedball, mélange d'héroïne et de cocaïne? "
    - Adeline : "Oui."
    - Me Constantino : " Et vous connaissez cette pratique qui consiste, lorsque l'on a pas d'héroïne, à la remplacer par de la ventoline?"
    - Adeline : "Euh... La ventoline, le truc qu'on prend quand on est asthmatique?"
    - Me Constantino : "Oui."
    - Adeline : "Ah bah non, vous m'apprenez un truc. Moi qui suis asthmatique..."

    Le président interroge le témoin sur les effets de l'héroïne sur la mémoire

    - Le président : "Décrivez moi les éffets de la drogue..."
    - Adeline : "L'héro?"
    - Le président : "Oui, l'héro."
    - Adeline : "Bah ten prends, ça te pose. Ca te fait piquer du "zen""
    Le président : "Du "zen"? Ah du nez. Et ça n'excite pas?"
    - Adeline : "Bah, si la came elle est coupée à autre chose, ça peut exciter."

    Makhlouf et Adeline s'invectivent sur la drogue

    - Berkane Makhlouf : "Eh, faut dire ce qui est : tu dealais de l'héro! Ca t'as gêné de dépanner 2 grammes d'héro! "
    Adeline : "Non, j'ai jamais dealé. Et je serais toi, je me la fermerais, parce que j'ai pas balancé aux flics que je t'ai filé un kil [kilo] de shit un jour!"

    "Aucune gamine n'irait mettre les pieds" dans ce squat

    "Tonton [un dealer], déjà, il hébergait toute la zone de Clermont. Aucune gamine n'irait mettre les pieds là-bas. Nicolas, il aurait jamais laissé Cécile y aller avec les filles," raconte Adeline.

    “La première fois que je l'ai vu... J'ai vu le Sheitan en lui. Le diable quoi.”

    Adeline, à propos de Berkane Makhlouf

    Cécile Bourgeon a arrêté les drogues dures lors de ses grossesses. "Pour Fiona, elle a dû taper une trace," admet Adeline.

    Adeline, une proche de Cécile Bourgeon, vient à la barre

    Le témoin rappelle que Cécile "ne tapait pas" Fiona. Elle consommait des drogues avec elle, notamment de l'héroïne, bien avant de rencontrer Berkan Makhlouf. Elles se connaissent depuis 2006, car la soeur d'Adeline était une bonne amie de Cécile. 

    Reprise de l'audience

    Une témoin vient de Biarritz et était prévue à l'ordre du jour. Me Portejoie indique que les débats sont compliqués étant donné que sa cliente "peut à peine tenir debout". La cour s'entend sur un point : un dernier témoin va être entendu, mais Cécile Bourgeon ne sera pas interrogée.

    Suspension de l'audience

    A la demande de Cécile Bourgeon et Me Portejoie, l'audience est suspendue pour 10 minutes. La cour va statuer pour savoir si un dernier témoin peut être entendu aujourd'hui, au vu de l'état de fatigue des accusés. "Elle a une heure et demi de route chaque matin et chaque soir, sans compter le stress naturel du procès," rappelle l'avocat de Cécile Bourgeon.

    “J'en peux plus là, on peut terminer?”

    Cécile Bourgeon, pâle dans le box.

    “J'étais inconsciente, les filles étaient à la sieste ou étaient couchées et j'estimais que j'en avais pas pour longtemps pour aller dans ces squats.”

    Cécile Bourgeon

    “Fiona n'était pas inquiète de cette absence dans l'appartement. C'est triste à dire, mais je dirais qu'elle était habituée.”

    Cindy précise l'épisode, à la demande de Me Grimaud

    Lorsqu'elle déménage de son appartement, Cindy découvre la porte de l'appartement voisin ouverte, avec les deux filles seules. Lorsqu'elle appelle Cécile Bourgeon, celle-ci lui déclare, "sans réaction" qu'elle est en train de faire les courses et qu'il faut laisser les filles devant un DVD.

    La garde des filles de Cécile Bourgeon

    Elle gardait les filles de Cécile Bourgeon lorsque celle-ci sortait, de son appartement.
    - Le président : "Mais il peut se passer des choses sans que les filles ne fassent de bruit?"
    - Cindy : "Je suis d'accord. Mais ça se passait comme ça."

    Cindy, une voisine de Cécile Bouregon à Clermont-Ferrand, est à présent entendue.

    Elle a habité sur le même palier que Cécile Bourgeon. "On ne se fréquentait pas avec Cécile", mais "elle venait de se séparer avec Nicolas Chafoulais alors je gardais les enfants lorsqu'elle sortait," relate-t-elle.

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité