Affaire Abad : L'une des accusatrices du député de l'Ain envisage de déposer une nouvelle plainte

Publié le
Écrit par Ana K. avec AFP

Alors que le parquet de Paris annonçait hier, mercredi 25 mai, qu'il n'ouvrira pas d'enquête préliminaire sur les accusations visant Damien Abad. L'accusatrice répondant au nom de Margaux dans l'article de Médiapart, n'exclut pas de déposer une nouvelle plainte contre l'ancien député de l'Ain.

Le parquet de Paris a indiqué ce mercredi 25 mai 2022, qu'il n'ouvrira pas d'enquête préliminaire "en l'état" sur les accusations de violences sexuelles visant le nouveau ministre des Solidarités Damien Abad.

La juridiction a estimé ne pas disposer "d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés". 

Nouvelle plainte, nouvelle enquête

Aujourd'hui, jeudi 26 mai, l'une des deux accusatrices envisage de porter plainte une nouvelle fois, contre l'ancien député de l'Ain. "Il reste aussi la voie du témoignage d’autres femmes. Je sais que des témoignages arrivent à certains journalistes", réagit sur franceinfo Margaux.

Elle a porté plainte à deux reprises, en 2012 et en 2017. Ses plaintes ont été classées sans suite. La première fois parce qu'elle n'était pas allée au bout de la démarche, la seconde parce que l'infraction était jugée insuffisamment caractérisée.

Elle peut déposer une nouvelle plainte avec cette fois constitution de partie civile, ce qui ouvrirait automatiquement la voie à une nouvelle enquête.

Elle explique ce jeudi à franceinfo qu'elle envisage cette possibilité : "Mais ce n'est pas vraiment quelque chose qui m'enchante. J’aimerais pouvoir l’éviter", confie-t-elle, estimant "avoir déjà bien rempli son devoir de sororité et de citoyenne et avoir suffisamment souffert". Puis elle conclut : "Je ne l’exclus néanmoins pas de ma réflexion".

Chloé, l'autre femme qui accuse Damien Abad de viol, ne souhaite pas porter plainte. Les autorités judiciaires ne peuvent donc pas l'identifier. Et le parquet estime qu'il est dans l'impossibilité "de procéder à son audition circonstanciée".