Agriculture. Une AMAP sur le Campus de Bourg-en-Bresse (Ain)

Et si les légumes remplaçaient les pâtes dans les menus étudiants ! Et si des oeufs bio prenaient la place d'une pizza ! C'est le défi lancé sur le Campus de Bourg-en-Bresse. Les étudiants ont désormais la possibilité d'adhérer à une AMAP pour bien manger et défendre l'agriculture locale.
Temps de présentation de la démarche des agriculteurs aux étudiants du campus de Bourg-en-Bresse.
Temps de présentation de la démarche des agriculteurs aux étudiants du campus de Bourg-en-Bresse. © France 3
En ce début octobre, l'association "BOURG'AMAP" est officiellement lancée à Bourg-en-Bresse... sur le site universitaire. Ce n'est pas forcément l'endroit où l'on imagine un fort engouement pour le "bien manger", et pourtant des jeunes sont moteurs dans cette affaire. Le bureau des étudiants (BDE) a travaillé avec des agriculteurs de l'Ain et des consommateurs de l'agglomération burgienne pour monter cette AMAP, un nouveau chaînon du circuit court. 

L'Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne permet en effet de soutenir des producteurs locaux et d'accéder chaque semaine à des produits bio (légumes, lait, oeufs et pain). Il faut pour cela signer un contrat, généralement d'une durée d'1 an.

Des tarifs et des "conditionnements" spéciaux 

Pour les étudiants, une période de 6 mois est retenue. Des tarifs et des "conditionnements" spéciaux leur sont aussi proposés. "Pour une semaine, un étudiant peut par exemple bénéficier de 3 oeufs, d'un panier de légumes et d'un pain de 500g pour 12 euros, ce qui est raisonnable. En plus, on sait d'où ça vient", explique Mathilde Zissler du BDE.

Les légumes sont produits à une vingtaine de kilomètres de Bourg, au "Jardin de Villemotier". La famille Pathoux travaille déjà pour 2 AMAPs du secteur. L'approche est cette fois totalement différente. "On le sait, on va devoir accompagner ces jeunes, leur fournir des recettes pour ne pas qu'ils se découragent devant un chou", lance Véronique avec un léger sourire. Sylvain a aussi conscience de la nécessaire pédagogie qui doit entourer l'opération. 
 

"On espère déclencher quelque chose, que ces jeunes, -lorsqu'ils entreront dans la vie active-, deviendront les clients réguliers de paysans comme nous, et qu'ils initieront ensuite leurs enfants." 

Sylvain Pathoux, maraîcher

 
durée de la vidéo: 02 min 31
AMAP. Manger local sur un campus ©France 3

Même si les livraisons se feront sur le campus, -les lundis soirs de 18h à 19h30-, l'AMAP est ouverte à tous. La position centrale de l'université est un atout. 

Pour prendre contact avec l'association : bourgamap@gmail.com (indiquer son numéro de téléphone pour faciliter les échanges)
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société alimentation agriculture économie agriculture bio agro-alimentaire éducation société alimentation agriculture agriculture bio agro-alimentaire