Ain: 6 mois de prison pour avoir lancé des bombes incendiaires sur des gens du voyage

© France 3
© France 3

L'incendiaire qui visait des caravanes, a finalement été condamné à 6 mois de prison ferme avec obligation de soins. A la barre, le trentenaire de Virignin a demandé pardon à la communauté évangélique prise pour cible. Ces gens du voyage ne se sont pas portés partie civile.

Par Franck Grassaud

Un peu perdu, limite effrayé, Olivier se retrouve dans le box des prévenus. Son casier judiciaire est vide. Sa mère et sa soeur ont du mal à comprendre. Portrait d'un trentenaire qui a "déconné", comme le justifie le prévenu qui était sous l'emprise de l'alcool au moment des faits. 

Seulement, les conséquences auraient pu être "extrêmement graves", répétera le procureur. 

Les cocktails Molotov, fabriqués dans des bouteilles de lait en plastique(!), Olivier les a lancés à 1m50 des caravanes. Par chance, la communauté a pu éteindre à temps. Des enfants dormaient à l'intérieur. La troisième bombe artisanale a pris feu dans la voiture de l'agresseur, qui aurait aussi pu y passer. 

Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est un énervement qui couvait depuis l'arrivée des caravanes. Olivier avait du mal à balader ses chiens dans le secteur. Son "mal-être général", l'alcool et le cannabis qu'il cultive pour sa consommation, ont fait le reste. 

Reportage Franck Grassaud et Laure Crozat
Ain : des gens du voyage pris pour cible
L'incendiaire qui visait des caravanes, a finalement été condamné à 6 mois de prison ferme. Intervenants : Lucien Lafleur, Pasteur; Julien Kerdoncuf, directeur de cabinet du préfet de l'Ain - France 3  - Franck Grassaud et Laure Crozat

Olivier demande pardon aux trois pasteurs présents. L'un d'eux prend la parole pour un discours d'abord "très politique" sur le manque d'aires de grand passage dans le département. Quatre communautés de communes ne rempliraient pas leurs obligations. Puis la tirade devient plus religieuse. Il lance: "Jésus te tend les bras". Le président sourit et reprend la main en appuyant sur la laïcité des lieux.

Au final, le procureur demandera 12 mois ferme à l'encontre du prévenu. Le jugement sera moins douloureux: 6 mois de prison et une année de sursis sur laquelle le président insiste. "C'est une épée de Damoclès", rappelle-t-il, "si vous ne vous tenez pas à carreau pendant deux ans, vous purgerez cette année."

Olivier devra en outre se soigner.  

Sur le même sujet

Lyon - L'association ALERTE fête ses 40 ans

Près de chez vous

Les + Lus