Ain : les usagers contestent la suppression d'arrêts à Tenay-Hauteville et Virieu-le-Grand-Belley

Des dizaines de manifestants étaient présents ce samedi matin / © Elisabeth Phily
Des dizaines de manifestants étaient présents ce samedi matin / © Elisabeth Phily

Une manifestation a été organisée aujourd'hui devant la gare de Virieu-le-Grand-Belley. Ce rassemblement d'environ 600 personnes visait à lutter contre la réorganisation des dessertes ferroviaires entre Lyon et Genève.
 

Par Yannick Kusy

Selon les manifestants, soutenus par des associations d'usagers, "La réorganisation aura pour conséquence la suppression des arrêts de la plupart des trains à Tenay-Hauteville et Virieu-le-Grand-Belley. Cette décision est préjudiciable à l’ensemble des habitants et à l’économie locale."

Les opposants estiment que cette suppression, annoncée lors d'une réunion le 21 juin dernier, est également un non-sens écologique, et démocratique.

Selon eux, cette suppression prive "de fait, d’accès aux métropoles régionales une bonne partie de la population de la vallée de l’Albarine, du plateau d’Hauteville, du Valromey et du Bas Bugey de relations directes avec Lyon". Majoritairement la gare est utilisée par des gens se rendant à leur travail (notamment sur Lyon). Le parking, d'après les manifestants, est archi-plein chaque semaine. Certain(e)s se gareraient même sur le parking de la maison médicalisée.
 
Manifestation contre la suppression des arrêtes ferroviaires en gares de Tenay-Hauteville et Virieu-le-Grand-Belley (Ain)

C'est pourquoi une pétition en ligne a été lancée. Elle serait déjà signée par plus de 6000 personnes

L'objectif est de réclamer le maintien des arrêts des TER Lyon/Genève dans les gares de Tenay-Hauteville et Virieu-le-Grand-Belley comme au service actuel, ainsi qu’un renforcement de la plage horaire 18h30 / 24h.

Les manifestants s'inquiètent clairement de l'avenir : "Si suppression des arrêts en gare de Tenay/Hauteville et Virieu-le-Grand/Belley, les seules gares restantes seront Culoz et Amberieu soit 55 km. Où se trouve la logique de service public avec de telles distances ?"
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saint-Etienne : Gaël Perdriau brigue un deuxième mandat de maire

Les + Lus