Festival d’Ambronay, acte 3 : attention, machine à tubes baroques

Pour son 3e week-end, le festival de musique baroque d’Ambronay poursuit la célébration de ses 40 ans. Il accueille un fidèle : Christophe Rousset qui a dirigé trois fois l’Académie d’Ambronay. Il présente en version concert l’opéra « Jules César » d’Haendel.
 
Le festival de musique baroque d'Ambronay fête ses 40 ans. A cette occasion, il a convié Christophe Rousset, un fidèle de l'événement. Celui-ci, claveciniste-chef d’orchestre des Talents lyriques, propose une œuvre qui n’a jamais quitté le haut de l’affiche de toute son histoire : « Jules César » d’Haendel.
 

Un marathon de musique


Il s’agit d’un véritable enchaînement de tubes et de morceaux de bravoure. Cet ouvrage marathon, trois bonnes heures de musique, nécessite un plateau vocal costaud pour affronter les montagnes russes de cette composition musicale d’Haendel. Cet opéra seria de 1724 nous fait passer par tous les sentiments d’amour, de haine, de vengeance, de pouvoir, de mort et de réconciliation. L’ouvrage fourmille de trouvailles et de couleurs musicales très riches.

Les interprètes sont donc toujours très attendus. A commencer par le rôle-titre masculin confié à un contre-ténor dans la grande tradition baroque. L’Américain Christopher Lowrey, à la réputation grandissante, interprète ce Jules César. Il est un grand habitué du répertoire d’Haendel et de ses collaborations avec les Talents lyriques. Le public d’Ambronay aura d’ailleurs la chance de le retrouver le week-end suivant dans la reprise d’une œuvre découverte il y a quelques années dans l’abbatiale, « il diluvio universale » de Falvetti dirigée par l’enfant prodige d’Ambronay, Leonardo Garcia Alarcon.
 

Un registre haut perché


Face à lui Karina Gauvin, soprano dans le rôle de Cleopatra. Elle est une habituée du personnage, ce qui lui permet de développer toute l’amplitude vocale nécessaire, de la lenteur légère du 1er acte à la gravité intense au 3e. Cet opéra fait la part belle aux voix aigues, rôles masculins ou féminins confondus : un second contre-ténor le Polonais Kacper Szelazek  (Tolomeo), la soprano Eve-Maud Hubeaux (Cornelia), la mezzo-soprano Ann Hallenberg (Sesto) et une exception pour le rôle du méchant, la basse Ashley Riches (Achilla).

L’ouvrage est copieux et permet aussi à l’orchestre des Talents lyriques dirigé depuis son clavecin par Christophe Rousset d’exprimer toute son ampleur et, sans dout,e de ne pas regretter l’absence de mise en scène. Le concert récemment donné au théâtre des champs Elysées à Paris semble le confirmer. 
« Jules César » d’Haendel, opéra en 3 actes (1724) à l’abbatiale d’Ambronay (01) samedi 28 septembre 20h.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival d'ambronay musique culture