• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Fillettes tuées à Saint-Genis-Pouilly : le témoignage d'une voisine dans un quartier sous le choc

La maison a été placée sous scellés le temps de l'enquête / © V.Benais
La maison a été placée sous scellés le temps de l'enquête / © V.Benais

Stupéfaction au clos des Vignes, à Saint-Genis-Pouilly (Ain). La piste du drame familial est privilégiée après le décès de deux fillettes. Leur demi-frère, blessé, a été pris en charge par une voisine. Il lui aurait déclaré: "Maman nous a donné des médicaments, moi j'en ai pris 4".

Par Alexandra Marie

Une voisine présente quelques minutes après le drame a tenté de réconforter le jeune garçon de 11 ans blessé à la gorge. Au lendemain du drame, elle témoigne au micro de France 3 Rhône-Alpes. 

Interview
Drame familial Saint Genis Pouilly
témoignage voisine  - France 3 Aura  - V.Benais / S.Cozzolino


" Il portait une écharpe blanche. Je me demandais pourquoi et puis j'ai compris qu'il était blessé.

On a entendu au secours, c'était le père des enfants qui criait


Il venait de sortir de la maison avec son père et son grand père qui appelaient au secours et s'était assis là, sur cette marche devant la porte. Il était sous le choc" explique-t-elle. "On a essayé de le réconforter il nous a dit " maman nous a donné des médicaments, moi j'en ai pris quatre".
 
La piste du drame familial est privilégiée par les enquêteurs / © V.Benais
La piste du drame familial est privilégiée par les enquêteurs / © V.Benais

Le parquet de l'Ain confirme que le garçon a été blessé avec un objet contondant et se trouve actuellement en soins intensifs. Les enquêteurs privilégient la piste du drame familial,  a indiqué le procureur de la République de Bourg-en-Bresse Christophe Rode.

"On ignore si les blessures à l’arme blanche ont causé la mort des deux fillettes, âgées de 2 ans et 7 ans,ou si d'autres actes ont été commis", a-t-il ajouté. 

La mère, quant à elle, n'a toujours pas pu être entendue. Elle a été retrouvée inconsciente,mardi dans son domicile, aux côtés des corps sans vie de ses deux filles. Le père, quant à lui, était au travail en Suisse au moment des faits. 

Le reportage de Sylvie Cozzolino, Valérie Benais avec Daniel Pajonk et Dominique Dumas
Un quartier sous le choc

A lire aussi

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus