Cet article date de plus de 4 ans

Frontaliers. Les élus de l'Ain attendent davantage de Genève

La Compensation Financière Genevoise est versée par Genève à la Haute-Savoie et à l'Ain. Il s'agit d'aider ces départements à supporter les charges liées aux travailleurs frontaliers installés chez eux. Mais la somme n'évolue guère, alors que le nombre de frontaliers augmente.

© France 3 Rhône-Alpes
La Compensation Financière Genevoise augmente de 0,6% cette année, pour s'établir à 260 millions d'euros environ. Pourtant, le nombre de travailleurs suisses établis côté France a progressé de près de 10% rien que dans l'Ain. Les élus du Département ont donc un peu de mal à comprendre pourquoi la dotation ne suit pas l'évolution du nombre de résidents. Le président du Conseil départemental a envoyé une lettre au Canton de Genève pour tenter de comprendre, une lettre également signée par son homologue de Haute-Savoie. Damien Abad dit "s'interroger" car la compensation, sur le papier, est pourtant une promesse simple à calculer. Elle représente 3,5% de la masse salariale des travailleurs frontaliers. 

Chaque jour, ils sont 19.300 travailleurs à franchir la frontière entre l'Ain et la Suisse, contre 17.500 l'année dernière. La contribution du Canton de Genève est, pour ce département, de 60 millions d'euros. Une manne qui concerne directement le Pays de Gex, mais aussi, plus loin de la frontière, Bellegarde-sur-Valserine. Outre des sommes versées directement aux communes et aux communautés de communes, le Département investit sa part de la compensation à hauteur de 85% pour les infrastructures du Pays de Gex et 15% pour le Pays Bellegardien. En priorité, il finance la mobilité: "1 euro sur 3", affirme Damien Abad.  

Reportage de Franck Grassaud et Benjamin Métral  
durée de la vidéo: 01 min 58
La Compensation Financière Genevoise est-elle au juste prix? ©France 3 Rhône-Alpes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie suisse international frontaliers