Les motards en colère de l'Ain prennent en photo les pièges de la route

Des gravillons en sortie de virage ... imparable. / © FFMC de l'Ain
Des gravillons en sortie de virage ... imparable. / © FFMC de l'Ain

Vendredi 22 septembre, des motards de l'Ain ont organisé une réunion avec des responsables politiques et des acteurs de la sécurité routière pour les sensibiliser aux dangers des routes du département. Une centaine de photos prises par les adhérents a permis d'appuyer le propos. 

Par Christian Conxicoeur

A l'origine, c'est une opération appelée "motard d'un jour" qui a pour but de mettre sur une moto quelques élus et décideurs non-motards, pour qu'ils se rendent compte des difficultés rencontrées sur les routes par les deux-roues, dont la sécurité est très (trop?) souvent réduite à une problématique de vitesse.

Mais cette méthode immersive s'est avérée parfois peu efficace, tant la perspective pour certains non-motards de se retrouver en situation (sur une moto, casqué, sous la pluie, le vent etc.) était dissuasive. 

Cette fois, dans l'Ain, les responsables des motards en colère (FFMC) ont choisi de procéder autrement: ils ont demandé à leurs adhérents de faire des photos des zones de dangers qu'ils connaissent pour les montrer aux élus et responsable de la sécurité routière et au service techniques du Département.

Résultat, une dizaine de décideurs a fait le déplacement, ce qui, -aux dires de Didier Maîtrepierre, un des responsables des motards en colères de l'Ain-, est un très bon résultat.

Ce sont ainsi près de 110 clichés réalisés par les motards eux-mêmes qui ont été projetés pour expliquer à des non-motards en quoi telle ou telle situation ou condition de route pouvait être dangereuse. Et les problèmes sont nombreux: affaissements de chaussée, gravillons en sortie de virage, ornières, panneaux de signalisation cachés ou encore dos d'ânes beaucoup plus hauts que les 10 cm maximum réglementaires... 

De l'avis des motards, la réunion a été constructive: il a ainsi été convenu de les convier lors de la tenue des prochaines commissions dédiées à la sécurité routière. D'ici là, élus et responsables techniques auront l'occasion d'essayer la moto pour comprendre in vivo les difficultés propres à ce mode de transport.  

Sur le même sujet

Clermont-Ferrand adopte le paiement mobile pour les stationnements

Près de chez vous

Les + Lus