Dans l'Allier, les PME du BTP espèrent la fin des travailleurs détachés

Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa charte de préférence régionale en octobre dernier. / © Luc Nobout - MaxPPP
Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a présenté sa charte de préférence régionale en octobre dernier. / © Luc Nobout - MaxPPP

Laurent Wauquiez annonçait en octobre dernier la fin des travailleurs détachés et recevait le soutient de la fédération du bâtiment de l'Allier. Dans ce département, peu de travailleurs étrangers mais cette décision pourrait quand même avoir des retombées économiques.

Par MT avec Stéphanie Vinot

Luc Boissonnet emploie 18 personnes dans le secteur de son entreprise, la plomberie et la couverture.  Des travailleurs étrangers, il n'en a jamais embauché. D'ailleurs dans l'Allier, ces embauches au travers d'un intermédiaire situé à l'étranger sont peu courantes. L'activité économique n'est pas assez importante.

Malgré tout, ce système très utilisé par les grosses entreprises du BTP a un impact jusqu'à Moulins.

"Localement, on ne le subit pas énormément, mais le problème est que les prix pratiqués dans les régions où les travailleurs détachés sévissent se répercute chez nous et l'on tire le marché vers le bas", explique Luc Boissonnet, dirigeant de PME.


Et avec des prix bas, dans l'Allier, les 2.000 entreprises du BTP ont du mal à sortir de la crise qui sévit depuis 2008. Ici, 1.500 emplois ont été perdus.

Alors ce dirigeant de PME est plutôt satisfait que la région veuille prohiber l'emploi de travailleurs détachés sur les chantiers qui la concerne.

"Cela va assainir un peu le mode de calcul des entreprises qui vont répondre à des appels d'offre. Ils savent que le coup de main d'œuvre, on ne peut pas le contourner", affirme l'entrepreneur.


Contreparties


Les entreprises qui répondent aux appels d'offre de la région ne peuvent plus faire appel aux travailleurs détachés non-déclarés. En échange, il y a des contreparties qui intéressent tout particulièrement les PME du BTP, majoritaires dans l'Allier.

"En échange elles voient des marchés publics davantage ouvertes. En plus, ces entreprises locales sont ancrées dans leur territoire, elles font travailler du personnel localement. Elles font également vivre des formations, d'apprentissage, etc.", indique Armand Bernard, vice-président de la Fédération française du bâtiment de l'Allier.

Des marchés plus accessibles aux PME, mais aussi, la région l'a promis, le prix ne sera plus le critère unique pour choisir une entreprise. Les compétences techniques deviennent également déterminantes.

Dans l'Allier, les PME du BTP espèrent la fin des travailleurs détachés
Intervenants : Luc Boissonnet, dirigeant de PME; Armand Bernard, vice-président de la Fédération française du bâtiment de l'Allier - France 3 Auvergne - Stéphanie Vinot, Julien Lanchas, Dominique Leyerloup

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus