Il y a un siècle, un atelier d’obus explosait dans l’Allier

Il y a un siècle, à Yzeure, dans l’Allier, quelques mois avant la fin de la guerre, un atelier de fabrication d'obus explosait faisant de nombreuses victimes. / © Archives départementales de l’Allier, Fonds de la Société d’Emulation du Bourbonnais
Il y a un siècle, à Yzeure, dans l’Allier, quelques mois avant la fin de la guerre, un atelier de fabrication d'obus explosait faisant de nombreuses victimes. / © Archives départementales de l’Allier, Fonds de la Société d’Emulation du Bourbonnais

Il y a un siècle, en 1918, à Yzeure, dans l’Allier, quelques mois avant la fin de la guerre, un atelier de fabrication d'obus a explosé faisant de nombreuses victimes. Une exposition raconte l’histoire de ce drame.

Par Aurélie Albert

Il est 21h07 très exactement ce 2 février 1918.  Une explosion retentit dans l'atelier de fabrication n°37. Très vite le bruit des obus devient assourdissant.
« Imaginez plutôt : plus de 2 millions d’obus qui explosent. Il y avait ici 8.000 ouvriers. Tout ce personnel a été touché, choqué. Il y a eu 32 morts, 210 blessés et 6.000 sinistrés » explique Pierre Bordes, membre de l'association d'émulation du Bourbonnais.

Une nuit d'horreur. Jusqu'à 6h30 les explosions s'enchaînent dans l'atelier de chargement d'Yzeure.
Une trop grande quantité d'obus ? Un sabotage ? L'origine de l'explosion reste encore incertaine.




Le 11 février le travail reprend à l'atelier afin de déblayer les dégâts occasionnés par l'explosion. Des dégâts considérables même si aujourd'hui sur le site quelques bâtiments ont résisté à l'explosion et à l'usure du temps.
Le site abrite aujourd'hui la 13e base de soutien du matériel de Moulins Yzeure. Ici, quelques rares bâtiments ont survécu. L'histoire de l'atelier se confond désormais avec le temps présent.


Une plaque commémorative sera apposée sur les murs du site en mémoire des victimes de l’explosion. Une manière de rappeler que les victimes de la guerre n'étaient pas toutes sur le front. Témoignages, objets, photos, documents : une exposition sur la terrible histoire de l’atelier de chargement d’obus est ouverte au public à la Maison des arts et des sciences.

 

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus