Polémique autour d'un concours de dessin organisé par la députée de l'Allier Bénédicte Peyrol

Bénédicte Peyrol a souhaité organiser un concours de dessin pour illustrer sa carte de vœux, mais l'idée divise. / © JACQUES DEMARTHON / AFP
Bénédicte Peyrol a souhaité organiser un concours de dessin pour illustrer sa carte de vœux, mais l'idée divise. / © JACQUES DEMARTHON / AFP

Pour illustrer sa carte de vœux 2018, la députée de l'Allier Bénédicte Peyrol a eu l'idée d'organiser un concours de dessin à destination des scolaires, mais l'initiative et les thèmes choisis ne font pas l'unanimité, notamment auprès des enseignants. 

Par FG

Pour illustrer sa carte de vœux 2018, la députée de l'Allier Bénédicte Peyrol a eu l'idée d'organiser un concours de dessin. Elle a donc envoyé aux directeurs d'établissement scolaires de son département une lettre pour leur proposer de faire participer leurs élèves avec deux thèmes : "Dessine-moi une députée en bleu, blanc, rouge !" pour les élèves du primaire, et une citation d'Antoine de Saint-Exupéry à illustrer pour ceux du secondaire : "Voyez-vous dans la vie, il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche: il faut les créer, et les solutions les suivent."

En plus de gagner le droit d'illustrer la carte de la parlementaire, les élèves lauréats seront invités "lors d'une cérémonie de remise de prix en janvier en présence de madame la députée." Un courrier a également été envoyé aux maires pour qu'ils "encouragent leurs équipes enseignants à participer".

Problème : cette démarche est loin de faire l'unanimité, notamment du côté des enseignants. "On pense qu'il y a atteinte à la laïcité et à la liberté de conscience des élèves" indique Vincent Présumey, secrétaire départemental de la FSU de l'Allier. La mention des "forces en marche" dans la citation à illustrer ne passe pas non plus. Pour le syndicat, "la politique ne saurait franchir la porte des salles de classes."

Du côté des politiques, le PRG de l'Allier s'interroge sur son compte Facebook, dénonçant "la personnalisation" du dessin demandé aux primaires, et surtout la référence aux "forces en marche" de la citation destinée aux secondaires. Pour le PRG, il s'agit "d'une référence déguisée au parti politique auquel adhère la députée."


Face à ces oppositions, Bénédicte Peyrol plaide l'erreur d'interprétation : " J'ai souhaité ce concours comme une forme de travaux pratiques citoyens, il n'y a pas de volonté politique derrière ! Ça a été interprété et je le regrette vraiment … Je ne vois pas ce qu'il y a de politique dans cette proposition."

Quant à la mention des "forces en marche", "elle n'est pas intentionnelle. C'est une citation qui me tient vraiment à cœur depuis des années. Antoine de Saint Exupéry est un grand humaniste qui a beaucoup travaillé sur le principe de responsabilité. Il n'y a pas d'intention d'impliquer le parti. Si à chaque fois qu'on mentionne l'expression "en marche", on doit chercher un sens politique, on ne pourra plus utiliser les mots "les républicains" non plus !"

Enfin, la députée de l'Allier rappelle que le concours "est totalement libre de participation."

Pas convaincu par cette explication, le FSU reste opposé à la démarche : "certes c'est présenté comme une proposition, mais même comme proposition, ça nous paraît problématique. Le courrier aux maires a un peu un ton d'injonction. On se demande aussi si cela a été validé par le rectorat. Nous allons soulever la question ce mardi après-midi au Conseil Départemental de l’Education Nationale."

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

A Clermont-Ferrand et Chamalières (63), mobilisation des personnels de Sainte-Marie

Près de chez vous

Les + Lus