Randonnée dans l'Allier : à la découverte du sentier de l'Aumance

Le chemin de l’Aumance, dans l'Allier, une boucle de 8 km qui part de la rivière et monte sur le plateau en longeant la forteresse pour rallier le hameau de Châteloy, ancien site gaulois... avant de revenir à Hérisson en longeant la rivière. / © S. Vinot / France 3 Auvergne
Le chemin de l’Aumance, dans l'Allier, une boucle de 8 km qui part de la rivière et monte sur le plateau en longeant la forteresse pour rallier le hameau de Châteloy, ancien site gaulois... avant de revenir à Hérisson en longeant la rivière. / © S. Vinot / France 3 Auvergne

Voici une idée de Randonnée dans l’Allier, à Hérisson, sur le chemin de l’Aumance. Une boucle de 8 km qui part de la rivière et monte sur le plateau en longeant la forteresse pour rallier le hameau de Châteloy, ancien site gaulois... avant de revenir à Hérisson en longeant la rivière.

Par Stéphanie Vinot

Plus on s’approche de Hérisson (Allier), plus  la forteresse se dessine. Majestueuse sur son éperon rocheux ! Bienvenue sur le sentier de l'Aumance. Les quatre tours et ses deux donjons se détachent sur le ciel d’un bleu azur en cette belle journée d’hiver. Elle a fait la réputation de cette commune de l’Allier. Un village médiéval niché en bord d’Aumance. C’est le point de départ de cette randonnée balisée de 8 km.

Il faut laisser la voiture sur le parking près de la rivière et s’en aller par les rues tortueuses pour remonter vers le château. Le chemin passe en contrebas. Il suffit de lever le nez pour en ressentir toute la puissance, lorsqu’il défendait l’une des places fortes des ducs de Bourbon au XIe siècle. « Il y a eu quarante soldats qui surveillaient la forteresse » raconte Chrystelle Blanchard, guide-conférencière. « On a encore la chance d’avoir ces magnifiques vestiges qui sont accessibles à tous en toute saison. »

Un chemin au milieu des champs et des prairies


Puis on s’en va rejoindre les crêtes. Un chemin de plus en plus champêtre, on quitte le village, on s’élève vers le plateau. Attention, ça grimpe ! Mais ça vaut la peine. A l’arrivée, il y a la récompense : une vue imprenable sur toute la vallée de l’Aumance, le village, le château tout baigné de lumière  dorée.  « Hérisson est labellisé Petite cité de caractère » continue notre guide. « Le village est vraiment connu pour sa vie culturelle, son dynamisme, il y fait très bon vivre. »
Le chemin se poursuit au milieu des champs et des prairies. Au bout il y a le hameau de Chateloy. Mais avant, c’est la campagne. Une ligne droite facile où il n’y a rien d’autre à faire qu’à se laisser porter par le paysage bocager.

A Châteloy, bienvenue chez les Gaulois. Pour qui sait lire les accidents du relief, un oppidum exista ici. De cette époque, il n’y a quasiment plus de vestige. Juste la mémoire que nos ancêtres sur cette proéminence rocheuse avaient établi un sanctuaire dont l’église a pris le relais. « C’est un petit hameau qui est à l’origine de l’histoire hérissonnaise. C’est une ancienne cité gallo-romaine. Il y a eu des Gaulois, il y a eu des romains, il y a eu des gallo-romains. Ca a fait vivre le secteur de Châteloy pendant des siècles jusqu’aux invasions barbares » explique Chrystelle Blanchard.
Aujourd’hui, la visite commence par le lavoir. L’été, il fait le bonheur des grenouilles qui plongent dès que l’on s’approche de trop près. L’hiver, plus aucune agitation, les lentilles d’eau ont recouvert toute la surface. La nature dort. Seule une statue de vierge noire semble vouloir encore apostropher le promeneur. « La fontaine n’est pas sacrée, la Vierge à l’enfant a été placée là à une époque tout à fait contemporaine, à la fin des années 70, début des années 80 pour veiller sur les lavandières de Châteloy» continue-t-elle. 

 

L’église Saint-Pierre : un véritable joyau


Châteloy, ce sont quelques maisons anciennes construites autour d’une petite place en triangle. Un havre de paix que rien ne peut déranger, il n’y a que le chien surgi de l’une de ces habitations qui semble se soucier de la présence incongrue de randonneurs en cette froide journée d’hiver. Des volets fermés en majorité, ce sont surtout des résidences secondaires. Mais qu’importe. Ici se trouve un joyau : l’église Saint-Pierre, un édifice roman du XIIe siècle construit  à flanc de falaise. Une forme atypique pour mieux épouser le rocher et rayonner sur la vallée en contre-bas. Elle est le souvenir qu’ici se trouvait un sanctuaire païen. Un site sacré depuis la nuit des temps.  
A l’intérieur, la nef est baignée de lumière. Des tons beige et ocre, cette église fait partie des églises peintes du Bourbonnais. « Et ce n’est rien par rapport à l’époque romane » s’enthousiasme notre guide. « Il faut imaginer l’église peinte du sol au plafond. »
Et son acoustique est particulière. On aurait envie de pousser la voix. « D’où la présence du festival Musique en Bourbonnais. Grâce à cette acoustique, cette ambiance. Une notoriété toute particulière s’est installée autour de ce festival estival. »

Ne reste plus maintenant qu’à s’en retourner vers Hérisson. Encore 2 km de marche. Le chemin emprunte la route goudronnée et serpente dans le paysage. Peu à peu, la forteresse réapparaît à l’horizon. La boucle est bientôt bouclée.
Au fur et à mesure de la descente, l’Aumance se fait plus sonore. Le chemin rejoint ses berges et ramène tranquillement à la voiture.  « Moi, je vous conseille une autre balade, la route touristique de la vallée de l’Aumance à vélo, à moto. C’est très sympa » conclut Chrystelle Blanchard.

Sur le même sujet

Les + Lus