Cet article date de plus de 3 ans

Hommage à Vichy (03) aux 80 parlementaires qui dirent non à Pétain le 10 juillet 1940

Le 10 juillet 1940 lors de la Seconde Guerre mondiale, la quasi-majorité des parlementaires donnaient les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Sauf 80 qui ont voté non. Une cérémonie s’est tenue devant l’opéra de Vichy dans l’Allier pour leur rendre hommage. 

Un hommage aux 80 parlementaires qui refusèrent de voter les plein pouvoirs au maréchal Pétain a eu lieu ce 10 juillet devant l'opéra de Vichy.
Un hommage aux 80 parlementaires qui refusèrent de voter les plein pouvoirs au maréchal Pétain a eu lieu ce 10 juillet devant l'opéra de Vichy. © Claude Fallas
Le 10 juillet 1940, le maréchal Philippe Petain demandait aux parlementaires de lui donner les pleins pouvoirs. Après la débâcle française face à l’armée allemande, les députés et sénateurs de l’époque se réunissent pour voter cette mesure. La quasi-majorité accepte, sauf 80 parlementaires qui votent non.



Chaque année, une cérémonie rend hommage à ces parlementaires qui osèrent s’opposer au maréchal Pétain. L’hommage s’est déroulé ce 10 juillet à 11h30 devant l’opéra de Vichy, lieu symbolique puisque c’est à cet endroit que le Congrès avait  voté il y a 77 ans. La cérémonie était organisée par la ville de Vichy et « le Comité en l’honneur des 80 parlementaires » qui est présidée par le cussétois Joseph Bléthon.

Un hommage aux 80 parlementaires qui s'opposèrent au maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre mondiale a lieu chaque année à Vichy.
Un hommage aux 80 parlementaires qui s'opposèrent au maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre mondiale a lieu chaque année à Vichy. © Claude Fallas


4 Auvergnats parmi les 80 parlementaires 



Parmi les 80 parlementaires à avoir dit non au maréchal Pétain en 1940, 4 étaient auvergnats. Isidore Thivrier (maire de Commentry et député socialiste de l’Allier), Marx Dormoy (maire de Montluçon et sénateur socialiste de l’Allier), Eugène Jardin (maire de Domérat, Allier) et enfin Maurice Montel (député du Cantal et maire de Ruynes-en-Margeride).

Deux d’entre eux connurent une fin tragique. Marx Dormoy, le sénateur de l’Allier fut révoqué en septembre 1940 puis interné. Il fut assassiné le 26 juillet 1941, un attentat souvent attribué à La Cagoule, un mouvement d’extrême-droite de l’époque. Quant à Isidore Thivrier, il décéda en mai 1944 dans le camp de concentration de Natzwiller-Struthol en Alsace.

Le dernier survivant des 80 parlementaires qui votèrent non, est le député du Cantal, Maurice Montel. Il fut inhumé en 1996 à Ruynes-en-Margeride. Philippe Seguin, alors Président de l’Assemblée nationale fut présent à ses obsèques.

L'hommage a était organisé par la mairie de Vichy et le "comité en l'honneur des 80 parlementaires" devant l'opéra, lieu où le congrès avait effectué le vote il y a 77 ans.
L'hommage a était organisé par la mairie de Vichy et le "comité en l'honneur des 80 parlementaires" devant l'opéra, lieu où le congrès avait effectué le vote il y a 77 ans. © Claude Fallas

 


durée de la vidéo: 01 min 48
Vichy : hommage aux 80 parlementaires qui refusèrent de voter les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire hommage société