Le village d'Etroussat (Allier) s'apprête à perdre son dernier commerce

Publié le Mis à jour le
Écrit par D.Cros

La fermeture du dernier commerce, situé à Etroussat dans l'Allier, est prévue samedi 30 septembre. Les gérants partent à la retraite et ils n'ont toujours pas réussi à trouver de repreneur. 

C’est le dernier commerce du village et il va bientôt fermer ses portes. Faute de repreneur, les gérants vont mettre la clef sous la porte samedi 30 septembre. 

Ce commerce situé à Etroussat, dans l’Allier, en regroupe en fait plusieurs. D’un côté, il y a l’épicerie tenue par Yves Trialoup, de l’autre, il y a le bar qui fait également dépôt de tabac et de journaux tenu par sa mère Janine. "Ne pas trouver de repreneurs, c’est vraiment dur. J’ai un pincement au cœur. J’ai 61 ans, j’ai repoussé mon départ à la retraite et ma mère a 80 ans. Il est temps pour nous d’arrêter, nous sommes épuisés, nous sommes ouverts tous les jours" explique Yves Trialoup, puis il ajoute "Je travaille depuis 38 ans et ma mère depuis 66 ans, elle a commencé à 14 ans".


De nombreux dossiers ont été déposés à la Chambre de Commerce, à la Mission Accueil du Conseil départemental de l’Allier. Ils ont même participé à l’émission SOS village de France. C’est comme cela qu’un couple de Belges s’est présenté en mai dernier. Des repreneurs sérieux qui ont finalement jetés l’éponge.

"Nous avons eu de nombreuses visites. Nous vendons les murs et le fonds. Les gens expliquent qu’ils veulent bien acheter le fonds mais pas les murs, ils préfèrent louer". Résultat aujourd’hui … toujours aucun repreneur.

"Si nous perdons ce commerce, il ne restera plus que l’école et la caserne de pompiers" explique Stéphane Larzat, un des habitants d’Etressat (03). Il précise également : "Tout risque de fermer au fur et à mesure. Les habitants vont également partir. Tout le monde parle de redynamiser les centres-bourgs… nous en sommes bien loin".

Si ce commerce de proximité clôt définitivement les 700 habitants devront se rendre à Chantelle et Broût-Vernet, à sept kilomètres, pour faire leurs courses. "Je pourrai m’y rendre, mais la population ici est âgée. Comment vont-faire-nos aînés ? Ils n'ont pas forcément de moyen de locomotion où sont trop âgés pour conduire" conclut Stéphane Larzat. En cas de fermeture, il ne restera que la boulangerie, son propriétaire s'inquiète de la survie de son magasin. 

Deux personnes viennent de visiter le commerce. Les gérants attendent leurs réponses. De son côté aussi, la mairie d'Etroussat cherche une solution pour ne pas perdre son dernier commerce.