Après le tour du monde du Solar Impulse, la fierté de l'Ecole polytechnique de Lausanne

Le tour du monde du Solar Impulse S2 est à la fois une prouesse technologique et scientifique. / © AFP PHOTO / SOLAR IMPULSE 2 / Bertrand Piccard
Le tour du monde du Solar Impulse S2 est à la fois une prouesse technologique et scientifique. / © AFP PHOTO / SOLAR IMPULSE 2 / Bertrand Piccard

L'avion Solar Impulse S2, qui a terminé son tour du monde mardi, a été conçu à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse.

Par Quentin Vasseur

Il a fallu plusieurs années et quelques générations d'élèves, mais le résultat était au rendez-vous. Mardi 26 juillet, lorsque l'avion Solar Impulse s'est posé à Abou Dhabi, achevant son tour du monde démarré en mars 2015, tout le monde à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a dû sauter de joie.

"Pour l'école ça représente une énorme fierté", jubile son porte-parole Lionel Pousaz, qui évoque "la satisfaction de voir qu'on a été parmi les premiers à croire dans un projet un peu fou et que l'école a apporté quelque chose qui était spécifique et qui, à un moment du projet, était crucial."

Car l'élaboration de Solar Impulse a nécessité une quinzaine de laboratoires de l'école et une grande quantité de matière grise. Bertrand Cardis, un ancien élève de l'EPFL, énumère les différentes étapes du processus: "Partir d'hypothèses, construire un premier avion, voler avec, mesurer les efforts, mesurer les déformations, vérifier que les modèles mathématiques sont justes, vérifier que les systèmes constructifs choisis sont justes et validés, ce qui vous permet de consolider une grosse base de données... Et puis après, optimiser pour la construction du second."

Reportage par Serge Worreth, Christian Mathieu et Laétitia Di Bin. 
Solar Impulse et Lausanne
Bertrand Cardis, ancien de l'EPFL et patron de la société Décision; Véronique Michaud, Directrice du laboratoire de technique des matériaux composite; Lionel Pousaz, Porte-parole de L'EPFL



Solar Impulse, qu'est-ce que c'est?

Il s'agit d'un avion solaire développé depuis 2004, notamment par les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg qui en ont été les deux pilotes. L'appareil mesure de 20 mètres de long pour 63 mètres d'envergure et est couvert de milliers de cellules photovoltaïques pour assurer son alimentation, puisqu'il n'utilise pas de carburant.

Il est parti des Emirats Arabes Unis le 9 mars 2015 et a effectué un tour du monde vers l'Est, volant de jour et de nuit sur des étapes d'une à plusieurs journées. L'avion est ainsi passé par Oman, l'Inde, la Birmanie, la Chine, le Japon, les Etats-Unis, l'Espagne et l'Egypte avant de revenir à la case départ. Un voyage de 42.000 km !

Le voyage aurait dû être beaucoup plus court, car il n'a volé que 23 jours, mais outre les repos entre chaque étape, le Solar Impulse a été bloqué huit mois et demi à Hawaï, du 3 juillet 2015 au 21 avril 2016, après que sa batterie a été endommagée.


Sur le même sujet

Départ de la première Chartreuse backyard

Les + Lus