Ardèche : l'école de Malbosc pourrait fermer à la rentrée prochaine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nicolas Ferro
Les enfant de l'école publique de Malbosc
Les enfant de l'école publique de Malbosc © France 3

Selon l'inspection d'académie, l'école de Malbosc pourrait fermer à la rentrée prochaine. Il n'y aurait pas assez d'enfants, moins de dix élèves pour cette classe unique. La municipalité et les parents d'élèves contredisent ces chiffres et refusent de voir fermer leur école.

Malbosc est un petit village de 150 habitants. La commune est située en altitude dans les Cévennes ardéchoises à la limite du Gard. Elle possède plusieurs hameaux dispersés. L'école n'a jamais été fermée même si les effectifs ont souvent fluctué. Actuellement, l'école enregistre 8 élèves inscrits.

Le village est situé à trente minutes en voiture des Vans ou de Bessèges dans le Gard. Pour y aller, il faut prendre une petite route sinueuse. Le temps et la pénibilité de cette route sont des éléments importants qui inquiètent et qui mobilisent les parents d'élèves.

La municipalité se défend de cette fermeture programmée en annonçant de nouvelles inscriptions pour la rentrée prochaine. Selon elle, 11 enfants seraient inscrits à l'école. Pour le maire Michel Pialet, " L'école c'est la vie du village et elle ne doit pas fermer". D'autant plus que le village attend l'arrivée d'un couple avec un jeune enfant pour ouvrir un commerce, actuellement en cours de travaux. Une épicerie restaurant doit ouvrir au 1er avril prochain.

durée de la vidéo: 01 min 28
Ardèche : l'école de Malbosc pourrait fermer à la rentrée prochaine ©France 3 RA

Intervenants 
1 - Alain Desmet - Papa de Laurian (CM2)
2 - Nicolas Tumbarello - Papa d'Arwen (CP) et d'Enzo (CE2)
3 - Michel Pialet - Maire (PS) de Malbosc

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.