• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Assises de Privas : 14 ans pour la mort de Mehdi

Les avocat de l'agresseur ont obtenu que la préméditation ne soit pas retenue. / © F3 Ardèche.
Les avocat de l'agresseur ont obtenu que la préméditation ne soit pas retenue. / © F3 Ardèche.

Le 3 janvier 2015, à un arrêt de bus de la cité Sainte-Foy à Largentière, en Ardèche, Abdelmajide Tali avait poignardé Mehdi Rouha, qui avait succombé à ses blessures. Jeudi, la Cour d'Assises de Privas a rendu son verdict : l'agresseur est condamné à 14 ans de réclusion criminelle.

Par Sandra Méallier

Le verdict est tombé pour Abdelmajide Tali : l'accusé, âgé de 24 ans, est reconnu coupable et condamné à 14 ans de prison.

Le jeune homme reconnaît avoir donné des coups de couteau à Mehdi, mais a toujours nié avoir voulu le tuer. D'abord poursuivi pour meurtre puis pour assassinat, c'est finalement pour violence avec arme ayant entraîné le mort sans intention de la donner qu'il a été jugé.

 

Il voulait faire peur à mehdi


Il encourait 20 ans de réclusion criminelle et l'avocat général avait requis 18 ans. La condamnation est en définitive moins lourde, le jury aura entendu les arguments de la  défense. Pour ses avocats, Abdelmajide Tali, qui subissait des brimades de la part de sa victime, se serait procuré un couteau pour faire peur à Mehdi, pas pour le tuer. Une thèse du souffre-douleur contestée par l'accusation, dans son réquisitoire.

Co-accusés, Steven Chrysostome et Youcef Tabten étaient jugés pour avoir modifié la scène de crime : ils avaient fait disparaître le couteau. Les deux jeunes gens ont écopé de un an de prison ferme et un an de sursis, ainsi que de 3000 euros d'amende.


Au premier jour d'audience, les intentions de l'accusé au moment des faits étaient au coeur des débats :
Affaire Mehdi : 1er jour d'audience aux Assises
A l'ouverture du procès, les avocats de l'accusé ont insisté sur le fait que la mort de Mehdi n'avait pas été voulue par son agresseur. - F3 Ardèche - Vanessa Fize, Nicolas Ferro

A lire aussi

Sur le même sujet

La rentrée de Chroniques d'en haut par Laurent Guilaume

Les + Lus