• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Auvergne-Rhône-Alpes: l'édition jeunesse pleine de créativité et de vitalité

L'auteur originaire de Clermont-Ferrand, Valenthin Mathe, créateur de la maison d'éditions la "Poule qui pond". / © Thierry Zoccolan / AFP
L'auteur originaire de Clermont-Ferrand, Valenthin Mathe, créateur de la maison d'éditions la "Poule qui pond". / © Thierry Zoccolan / AFP

Maisons d'édition, illustrateurs renommés et revues pour enfants: inventif et créatif, le secteur de l'édition jeunesse en Auvergne-Rhône-Alpes affiche une belle vitalité et créativité dans un marché du livre souffrant.

Par Cyrielle Cabot


Le Salon du livre et de la presse jeunesse, qui se déroule jusqu'à lundi à Montreuil (Seine-Saint-Denis) a d'ailleurs décerné cette année deux "pépites" à des illustrateurs de la région: Delphine Perret pour "Björn, six histoires d'ours"(Les fourmis rouges) et Benjamin Chaud  pour le livre-CD "Georgia, tous mes rêves chantent" (Gallimard Jeunesse Musique).

"Il y a aujourd'hui un renouvellement des auteurs-illustrateurs, des éditeurs mais aussi du lectorat qui peut expliquer la dynamique et le vivier présent dans la région", constate Narges Temimi, chargée de mission au sein de l'Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (Arald).

L'association recense près de "300 auteurs et illustrateurs jeunesse" rien que dans les territoires rhônalpins.

Selon la responsable scientifique du Musée de l'illustration jeunesse (Mij) de Moulins (Allier), Emmanuelle Martinat-Dupré, la "concentration d'auteurs et d'illustrateurs" dans l'ex-Auvergne est tout aussi "évidente" malgré les "fragilités actuelles" du secteur.

Le musée a récemment consacré une exposition à six artistes de la région, reconnus en France et à l'international, dont Éric Battut, Cécile Gambini ou Fabienne Cinquin. 

Le fourmillement est tel que les festivals dédiés abondent : à Moulins, Gannat (Allier), Villeurbanne (Rhône), Saint-Paul-Trois-Châteaux, Châtillon-Saint-Jean (Drôme) ou Annemasse (Haute-Savoie).

Côté formation, la renommée école d'art Emile Cohl de Lyon attire les créatifs tandis que l'université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand consacre un Master en partie dédiée à l'édition jeunesse.

Contraints à l'innovation 


Et en pleine crise du livre, de jeunes éditeurs se lancent, contre vents et marées. A l'image de Valentin Mathé, 31 ans, qui a lancé au printemps 2014 sa maison d'édition "La poule qui pond", à Clermont-Ferrand.

Licencié pour raisons économiques, cet ingénieur informatique de formation débute par l'édition d'un livre pour son neveu "qui avait peur du noir", qu'il décide ensuite de rééditer à plus grand échelle grâce au financement participatif.

"En vingt jours, j'avais récolté plus du double des fonds voulus. Le livre était rentable sans être sorti", se souvient le jeune homme qui a depuis publié quinze albums grâce à ce même mode opératoire. "Cela permet de payer immédiatement l'imprimeur, l'auteur et l'illustrateur sans argent et d'organiser des préventes".

Son parti pris: des ouvrages innovants dont certains sont syllabés et adaptés aux enfants dyslexiques - un trouble qu'il a lui-même connu enfant -, ou en braille avec des illustrations en relief.

A Clermont toujours, les éditions Margot, cofondées en 2012 par le jeune illustrateur Thibault Prugne sont spécialisée dans les beaux livres. Et au Puy-en-Velay, L'atelier du poisson soluble publie régulièrement des ouvrages audacieux et inclassables, croquant des thématiques peu habituelles dans le paysage éditorial comme le suicide ou l'homoparentalité.

Fondée en 1989, cette petite maison d'édition, connaît toutefois des difficultés financières et a lancé un appel aux dons sur Internet.

"Les titres, s'ils ne connaissent pas un succès rapide et immédiat sont condamnés à une vie de plus en plus courte du fait de la surproduction du secteur du livre jeunesse, avec 11.000 nouveautés publiées en 2015. C'est devenu plus difficile", reconnaît son directeur, Olivier Belhomme.

Alors pour se serrer les coudes et faire connaître leurs catalogues, ces trois éditeurs se sont associés pour proposer un abonnement d'albums jeunesse, sous forme de boîtes-surprise envoyées dans les boîtes aux lettres.
Et chacun tente d'innover. Les Lyonnais Blue Dot et Amaterra proposent respectivement des livres bilingues à écouter ou finement découpés. Margot s'en lancé dans des livres en réalité augmentée et la start-up vichyssoise Whisperies a mis au point une plate-forme collaborative répertoriant une centaine d'histoires.

D'autres lorgnent encore vers la presse avec des noms infiniment rétro. Les éditions lyonnaises Grains de sel ont lancé le bimestriel "George", proposant fictions et jeux; et La poule qui pond, "Albert", bimensuel qui décortique l'actualité pour les 8-13 ans.

Sur le même sujet

Torrent de grêlons.

Les + Lus