En Auvergne-Rhône-Alpes, la SNCF signe un moratoire pour repousser la fermeture de 17 guichets de gare

La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la SNCF se sont mis d'accord pour repousser de trois mois la fermeture de 17 guichets, sans préciser les gares concernées. Après cette annonce, les syndicats restent inquiets du devenir des petites gares.
En Auvergne-Rhône-Alpes, 17 guichets de gare vont être être supprimés d'ici la fin de l'année. Des points de vente physique dont la fermeture était programmée, mais un moratoire de trois mois vient d'être signé entre Laurent Wauquiez et la SNCF pour repousser l'échéance. Quelles sont les gares concernées ? Dans quels départements ? L'entreprise ferroviaire se refuse à toute information supplémentaire. 

"Je ne suis pas pour la démolition du service public, mais je pense qu'il faut tenir un discours clair, s'est défendu le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. Un service public, ça veut dire un service au public et on a trop eu, au cours des années qui se sont écoulées, le sentiment que service public, ça voulait dire de moins en moins de présence physique. On va essayer de montrer qu'on peut faire autre chose."

Selon la Région, ces 17 guichets auraient dû fermer dans les prochains mois. Pour ceux qui ont déjà baissé le rideau, comme à Brignoud (Isère), des solutions alternatives seront proposées. Franck Lacroix, directeur général SNCF-TER, évoque des agents "plus mobiles, qui se promèneront et se répartiront sur beaucoup de haltes". Leur mission sera également "d'aller au contact du citoyen avec des guichets mobiles".
 
Autre solution : des points de vente dans les mairies, les offices du tourisme ou des commerces. A la gare de Saint-Pierre-d'Albigny, en Savoie, sans guichet depuis plusieurs mois, les usagers regrettent la fermeture. "Maintenant, les gens vont plus régulièrement à Montmélian pour prendre le train puisqu'il n'y a plus de guichet, plus personne", déplore une usagère.

Les syndicats, qui protestent contre ces fermetures depuis plusieurs mois, dénoncent un coup de communication de la SNCF. "Quand on ferme des guichets, les usagers et usagères vont dans des gares en périphérie pour aller prendre leur billet, ce qui est normal, parce qu'ils ont besoin de contact humain, ils ont besoin d'informations, estime Julien Troccaz, administrateur salarié au conseil de surveillance SNCF pour Sud Rail. Quand on commence à fermer des guichets, après c'est des arrêts de train qu'on supprime. Et quand des trains ne s'arrêtent plus dans ces gares, on les ferme."
 
Auvergne-Rhône-Alpes : un moratoire signé pour repousser la fermeture de 17 guichets de gare

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région auvergne-rhône-alpes sncf économie transports politique