COVID 19 : dans le Cantal, le point sur l'épidémie et la vaccination

Mardi 2 mars, la direction de l’hôpital d’Aurillac a fait le point sur l'épidémie de COVID 19. En matière de vaccination, 7,5% des Cantaliens ont reçu une dose, 5,2% deux doses, ce qui en fait un des départements français où l’on vaccine le plus ,selon le centre hospitalier.

Au 28 février, 10 750 habitants du Cantal ont reçu au moins une dose de vaccin contre le COVID 19.
Au 28 février, 10 750 habitants du Cantal ont reçu au moins une dose de vaccin contre le COVID 19. © Fred TANNEAU / AFP

Chaque mardi, la direction du centre hospitalier Henri-Mondor d’Aurillac fait le point sur la situation COVID 19 au sein de l’établissement et du département. Ainsi, une conférence de presse s’est tenue ce mardi 2 mars. Le Dr Anne-Lise Pradel, urgentiste et directrice médicale de gestion de crise, constate que le taux d’incidence dans le département est en baisse : « Il est de 87 pour 100 000 habitants pour la semaine du 20 au 26 février, ce qui est bien inférieur à la moyenne régionale et nationale ».

On reste prudents

Lundi 1er mars, on comptait 38 patients pris en charge pour COVID 19 dans le Cantal et 2 en réanimation sur le département. Par conséquent, les capacités en lits de réanimation ont été revues à l’hôpital d’Aurillac, avec 8 lits désormais disponibles. Les signaux sont encourageants, mais « On reste prudents » confie le Dr Anne-Lise Pradel. Elle met ces bons résultats sur le compte des effets du couvre-feu et de la progression de la vaccination. Ainsi, en matière de vaccination, le département du Cantal fait figure de bon élève.
 

Une campagne de vaccination qui progresse

Pascal Tarrisson, directeur du centre hospitalier d’Aurillac et directeur du Groupement Hospitalier de Territoire Cantal, souligne : « A ce jour, 7,5% des Cantaliens ont reçu une dose de vaccin, ce qui le place en 3e position des départements de France. De plus, 5,2% des Cantaliens ont reçu 2 doses, ce qui le place en 1ere position des départements français, avec la Creuse ». Au 28 février, 10 750 habitants du Cantal ont reçu au moins une dose de vaccin.

Desserer l'étau

Le Dr Anne-Lise Pradel précise : « Pas moins de 70% des patients des EHPAD du Cantal ont reçu une dose et 57 % deux doses. Il faut continuer. L’objectif est que les gens puissent retrouver une vie sociale satisfaisante. Il faudra aussi vacciner les familles. Là, on pourra desserrer l’étau ». Le directeur du centre hospitalier d’Aurillac se veut prudent. Il indique : « On note une baisse marquée de la progression du virus dans le Cantal. Mais une hirondelle ne fait pas le printemps. Nous sommes vigilants pour les semaines qui viennent. Le virus est toujours présent. La vaccination dans les EHPAD va finir par avoir un impact ».
 

La présence des variants

Pour la dernière semaine de février, 81 tests PCR positifs ont été envoyés pour un criblage au CHU de Clermont-Ferrand. Pas moins de 44% de ces tests se sont révélés porteurs du variant anglais et 6% des variants sud-africain ou brésilien. Des résultats qui n’inquiètent pas forcément le Dr Anne-Lise Pradel. Elle précise : « C’est une évolution attendue. On le savait bien dans toutes les modélisations. A partir du moment où un variant est plus transmissible, il va prendre le pas. Ce n’est pas inquiétant. Des mesures d’isolement renforcé à 10 jours ont été prises, ainsi que la préconisation d’une distanciation à 2 m. Cela n’a rien d’étonnant. Il n’y a pas de mortalité plus importante, une conséquence qui serait plus inquiétante ». La direction de l’hôpital s’est aussi félicitée de la baisse du risque de saturation des capacités de réanimation. Elle reste attentive à l’évolution de la progression de l’épidémie de COVID 19 dans le département. Depuis le début de l'épidémie, le Cantal dénombre 102 décès dus au COVID 19.
 



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19